Avertir le modérateur

05/12/2018

Gilets Jaunes.COMMUNICATION EVOLUTION,EXPERIENCE DIFFERENT,RACONTEZ VOTRE HISTOIRE,“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”« Aujourd’hui on ose plus facilement le dire »

Pour faire face à la transformation de la société et des entreprises, les compétences des managers se doivent d’évoluer.

On l’a connu connecté, bienveillant, expert… Voici venu le temps du manager responsable. Une nouvelle couche au mille-feuilles des compétences indispensables au manager ?

Ce billet fait suite à celui sur les 4 bonnes raisons de réinventer le management et pose les bases des aptitudes nécessaires au manager « post moderne » de demain. L’action managériale s’inscrit donc dans des environnements de plus en plus turbulents, complexes, incertains, nécessitant adaptation permanente, flexibilité, ou encore innovation. Mais…

Une aptitude à créer du « bon vouloir »

A l’ère où la seule logique du « Command Control » montre ses limites, la capacité à « faire en sorte que les gens fassent des choses que probablement naturellement ils ne feraient pas » devient une aptitude fondamentale de la fonction managériale.

Cela repose sur des qualités de leadership personnel, qui outre des talents de persuasion, s’appuie sur une condition première : « être fondamentalement reconnu comme une personne digne de confiance ». Clarté, éthique personnelle, capacité à parler vrai, compétences métier sont autant d’ingrédients nécessaires à la création de cette confiance si difficile à construire et si facile à détruire.

Une posture de « Servant Leader »

Le manager de demain puisera son pouvoir, non pas de ses attributs de position et de statut, mais de sa capacité à créer de la valeur directement utile pour ses équipes (et indirectement ses clients) en les aidant à surmonter les obstacles. Cette posture mobilise des compétences d’écoute, de soutien, de prise de recul, de vision globale et systémique des situations.

Le manager de demain est un manager « post-héroïque » qui ne joue pas au général ou au lieutenant-colonel à la tête de ses troupes. Il est sur le terrain, au service de ses équipes, animé d’une passion : « réussir à faire réussir ».

« Donner pour recevoir », plutôt que « commander puis contrôler » devient le premier levier de légitimité.

Des qualités d’Agilité personnelle

Quand il pleut tous les jours dans un été pourri, il ne sert à rien de se plaindre. Mieux vaut s’organiser ! Dans un contexte économique, tendu, imprédictible, dans lequel on doit souvent faire plus et mieux avec moins, la capacité d’acceptation devient une aptitude clef pour laquelle nous ne sommes pas tous égaux. Elle nécessite une forme de programmation mentale consistant à se dire : « maintenant que je sais que… et que je ne maîtrise pas tous les paramètres du problème, quel est mon objectif et sur quoi puis-je agir directement ? ».

Une capacité à créer des capacités

Pour nombre de managers « Ressources » et « Capacités » sont deux notions équivalentes. Or, les ressources s’achètent, peuvent se copier, voir se voler. Les capacités constituent une valeur moins marchande, difficile à acheter ou à copier, mais, comme on l’a vu, elles vont devenir, à l’ère de l’économie « frugale », un levier de compétitivité déterminant. Dans cette optique, créer de la valeur par la mise en interaction de différentes compétences va devenir une compétence clef du management. Moins hiérarque, plus coordinateur et aiguilleur, le manager post-moderne est un constructeur d’intelligence collective.

Penser le changement avec une approche individuelle

Dans un processus de changement l’objectif stratégique et collectif est souvent bien explicité. La prise en compte des implications individuelles, beaucoup moins !

Les « Courbes du changement » fréquemment utilisées, aident le manager à trouver des marques. Or les fonctionnements humains face à une situation de stress sont d’abord émotionnels et multiples. Dans un même espace-temps  on ne passe pas de façon linéaire d’une phase à une autre (par exemple du déni à la colère). Les émotions sont par définition personnelles et imprévisibles. Si le manager a fait le travail de mieux connaitre son collaborateur (ce que lui permet le mode agile) il pourra accompagner le changement (décidé par l’organisation) avec beaucoup plus d’efficacité et moins de risques humains.

Une citation inspirante

« C’est absolument nécessaire… pour moi d’avoir des personnes qui peuvent penser pour moi aussi bien qu’exécuter les ordres. » – George Washington

4 bonnes raisons de réinventer le management

Pour faire face à la transformation de la société et des entreprises, les compétences des managers se doivent d’évoluer. Avant de répondre dans un prochain billet aux questions : « quelles compétences chercheront à identifier les DRH et les recruteurs pour sélectionner les Managers ? Quelles aptitudes se doit-on de développer pour réussir dans un environnement en profonde mutation ? », examinons les 4 raisons qui nécessitent de réinventer le management.

 

4 bonnes raisons de réinventer le management

1. Une « nouvelle normalité »

L’après crise de 2008, constitue un point d’injonction que certains financiers nomment « le New Normal ». Nous entrons dans une période marquée par la multiplication des changements et des crises, la montée de l’incertitude et de l’imprédictibilité, le niveau de contraintes grandissant, la pression du court terme, etc…

Partons de l’hypothèse que plus rien ne sera jamais comme avant ! Il faut désormais composer avec cette nouvelle normalité. Une nouvelle donne qui bouscule le « prêt à penser » managérial.

2. Un nouveau paradigme économique

L’hypothèse d’une nouvelle ère économique est aujourd’hui clairement posée par la plupart des futurologues. Les 80% des ressources non renouvelables sur terres consommées en moins d’un siècle sonneraient le glas de l’économie de masse au profit d’une économie dite « frugale ». Cette nouvelle ère économique, où vont cohabiter une décroissance de quantité et une croissance de qualité doit nous apprendre à faire plus et mieux avec moins. Les business modèles de demain devront conjuguer ces deux approches. Moins de matières premières, de ressources matérielles, et plus de matières grises et de talents, constituent les données de l’équation de cette nouvelle ère que certains nomment l’économie « néo-artisanale.

La plupart des managers ont baigné dans un modèle d’économie industrielle fondé pour l’essentiel sur la puissance des ressources. Or, dans l’ère néo-artisanale la performance repose non seulement sur les ressources, mais aussi et surtout sur les capacités (intelligence, intuition, culture…). L’importance relative de ces deux ressorts de la compétitivité va redistribuer les cartes des années à venir. Dans cette perspective, faisons le pari que : « les managers centrés sur les capacités feront que les choses arrivent. Les managers centrés sur les ressources seront ceux à qui il arrive des choses » !

3. Un pouvoir managérial remis en cause

Au modèle d’organisation pyramidale construit dans une économie productiviste du début du 20è Siècle, viennent s’agréger de nouvelles formes d’organisations à la fois transversales, aplaties (réduction des niveaux hiérarchiques) et réticulaires (fonctionnement en réseau). Ces tendances organisationnelles réinterrogent fortement la relation au pouvoir qui ne peut plus s’appuyer sur le seul fait hiérarchique.

Dans le même ordre d’idée, les nouvelles générations bougent les lignes de la relation à l’autorité. La position hiérarchique n’est plus un gage de légitimité. Les « galons » ne suffisent plus pour mettre en mouvement ou faire appliquer les décisions. Pour les jeunes générations, organigrammes et structures hiérarchiques constituent une anormalité.

A l’ère du digital, le mode collaboratif s’impose comme une nouvelle norme qui vient cohabiter avec les modèles traditionnels plus centralisés et verticaux.

Dans un monde ouvert où chacun est à même de contribuer à l’élaboration d’une encyclopédie mondiale, comment comprendre que les règles changent radicalement une fois passées les portes de l’entreprise ?

Par ailleurs, certains modes de fonctionnement émergents ne sont aujourd’hui que des « bruits lointains », mais présagent une évolution probable et assez fondamentale du rôle managérial. Ainsi, la logique de «marketplace de compétences» observée dans certaines sociétés informatiques resitue le manager non pas comme décideur de l’affectation des activités mais comme un metteur des scènes du couple Compétence / Motivation. Si cette évolution se confirme, l’attribut de pouvoir fondé sur la décision d’affectation disparaît.

Dans un monde plus ouvert, moins vertical et plus transversal, dans lequel les acteurs aspirent à plus d’autonomie et de responsabilité, la logique d’autorité statutaire et hiérarchique relève de la préhistoire managériale.

4. Une fonction managériale « mise à mal »

Aux tendances de l’environnement précitées, qui viennent bousculer la fonction managériale, s’ajoute une relation au Top management pour le moins distendue depuis quelques temps.

Combien de cadres intermédiaires et managers de proximité vivent une forme de malaise face au renforcement du reporting, l’absence de dialogue porteur de sens avec leurs dirigeants, la multiplication des injonctions paradoxales, le sentiment d’avoir plus de responsabilités mais moins de marge de manœuvre. Combien s’interrogent : « partage-t-on vraiment les mêmes intérêts ? ».

L’augmentation des refus de promotion observée par bon nombre de DRH est un indicateur du niveau d’attractivité d’une fonction qui n’a sans doute jamais été aussi mise à mal.

Pour aller plus loin :

Formation : Manager une équipe – Niveau 2

Formation : Renforcer sa légitimité managériale

Formation : Manager au quotidien

Manager : transformer les résistances en ressources

« Gilets jaunes » : « Il faut en finir avec ce petit monde politique qui ne fonctionne que pour lui-même »

04/12/2018

Développer un espace personnel pour chacun :Du temps pour réfléchir,De l’autonomie et des champs d’initiative possible.Des espaces de libre expression où la critique, le découragement et les doutes peuvent être avoués sans risque de conséquence négative

« C’est une belle occasion de valoriser, notamment auprès de nos “mastériens”, les idées et les projets qui marchent, c’est-à-dire qui sont bénéfiques à la fois pour les personnes, pour l’environnement et pour l’entreprise, en créant de la valeur pour tous. En d’autres mots, ça marche sur le terrain, venez voir ! »

Sans ouverture à l’ensemble des acteurs concernés, c’est l’échec assuré. Il faut donc comprendre le sens et l’intérêt de la démarche et y aller tous ensemble ».

« Une belle reconnaissance du travail accompli depuis : mener une démarche fédératrice et qui donne du sens à tous »

Chronique de la haine ordinaire

Par le 31 janvier 2014

Avec ce titre, France Inter diffusait, dans les années 80, une chronique quotidienne animée par l’humoriste Pierre Desproges. Traquant les ragots, les faits divers et les rumeurs, il disséquait et analysait tous les travers mettant en relief la bêtise, l’intolérance et la méchanceté. Il montrait ainsi en quoi les sentiments de haine ou de jalousie s’immiscent insidieusement dans notre langage habituel et nous amènent à nous ravir du malheur des autres. 30 ans plus tard, sommes-nous différents ? La haine existe-t-elle en entreprise ? D’où vient-elle ?

Mais, tout d’abord, qu’est-ce que la haine ?

La haine se définit comme le sentiment qui porte une personne à souhaiter – ou à faire – du mal à une autre, ou à se réjouir de tout ce qui lui arrive de fâcheux (Petit Larousse).

La haine est une hostilité très profonde, une exécration et une aversion intenses envers quelqu’un (ou quelque chose).Considérée comme la négation radicale d’une personne, elle correspond alors à l’intention de détruire l’autre « dans son être et son humanité ». En entreprise, cela se traduit par des collègues qui s’ignorent, ne communiquent plus entre eux, développent chacun un réseau de relations différent…

La haine peut s’exprimer de façon froide, calculée, cynique sous forme de mépris ou d’ironie sarcastique. Elle est fondée sur un déni de l’autre et de sa subjectivité. « La haine dessèche l’être qu’elle veut détruire comme un sirocco torride », affirme le philosophe Ortega y Gasset.

Selon le psychanalyste Heitor de Macedo « La haine n’attrape pas la vérité, elle l’enserre à l’intérieur d’une pensée immobile où plus rien n’est transformable, où tout est pour toujours immuable : le haineux navigue dans un univers de certitudes ». Elle pétrifie l’autre pour le figer, pour amoindrir le plus possible son existence.

A l’inverse, la haine peut aussi se confondre avec la rage ou la colère en devenant violente, agressive. Dans le langage courant, « avoir la haine » désigne un état de fureur causé par une réaction incontrôlable face une personne (ou une situation) qui a causé du tort à celui ou celle qui en est la cible. Un « coup de gueule », des insultes, une bagarre peuvent éclater.

Nous avons tous des exemples de mails incendiaires écrits sous un accès de rage portant préjudice parfois plus à l’expéditeur qu’au destinataire.

La haine est un puissant moteur de prise de pouvoir, à l’œuvre autant dans les entreprises, que dans les associations et les partis politiques. La lutte, le combat, autant de mots guerriers que l’on constate envers un concurrent ou envers des collaborateurs qui « ne se glissent pas dans le moule ».

Selon le psychanalyste Saverio Tomasella : « haïr quelqu’un, c’est ressentir de l’irritation du seul fait de sa simple existence ». Exterminatrice, la haine fait vivre des moments douloureux, pénibles et parfois explosifs. « Les questions de la haine, de l’envie et de la jalousie font partie de ses mouvements pulsionnels et affectifs ardus à reconnaître, à accepter et à démêler. »

Outre les attitudes d’immobilisme, voire de paralysie, d’un côté ou de violence et de brutalité par ailleurs, la troisième manifestation de la haine concerne le mensonge, la perversion et la manipulation. S’imposant de façon déguisée, elle provoque des sentiments de malaise, des rumeurs. C’est le cas, par exemple, des mails avec des destinataires en copie, voire en copie cachée. Elle induit alors des réflexes de protection, de défense, à l’opposé de la souplesse, de l’initiative et de la motivation.

Un prétexte fréquent donné pour justifier la haine est d’accuser l’autre (les autres) d’en être animé(s). Du client mal reçu au fournisseur qu’on accuse de mauvaise foi, du collègue difficile qu’on traite de « relou » à la Direction que l’on critique plus ou moins ouvertement, quel manager n’a jamais été confronté à ces comportements de dégoût, de mépris, de rejet, que sous-tend un sentiment de haine ?

« Pourquoi tant de haine ? »

Les causes qui nous paraissent les plus « évidentes » sont d’ordre personnel. Un type de personnalité propice à ce sentiment, une histoire personnelle difficile, une éducation « orientée », un environnement conflictuel, tout cela favorise la culture de la haine.

A cet égard ce que dit Saverio Tomasella est lumineux : « un enfant qui voit son père ou sa mère témoigner plus de tendresse à des plantes, des animaux domestiques ou à un objet matériel qu’aux humains de la famille se sent mis en rivalité avec ces éléments non humains. Lorsque se rajoute à cette organisation familiale l’interdit de remettre en cause le(s) parent(s), de les critiquer, de leur faire des demandes personnelles ou d’exprimer ses sentiments, l’horizon de l’enfant se referme et obère ses potentialités vitales et créatrices. Les mouvements destructeurs contre soi-même (et les autres) sont alors fréquents et longs à désinscrire de l’économie pulsionnelle du sujet, qui vit son mal-être ou sa mélancolie comme une fatalité. »

La transposition dans le monde adulte est automatique. Ne prendre des décisions qu’au seul nom des résultats financiers, de la productivité ou de l’efficacité à court terme induit chez les collaborateurs un sentiment d’impuissance profond. La frustration accumulée nourrit la haine.

Quand le manager s’enferme dans son bureau et préfère la compagnie de son ordinateur, la haine fait son lit : d’un côté, sur-développée, la raison qui dissèque, classe, méprise et justifie, de l’autre, bien enterrées, les émotions de l’homme oublié, humilié, rejeté, voire « mâté ».

Petit à petit, devant des responsabilités non assumées, des règles bafouées impunément, des critiques ouvertes « qui font rire tout le monde », le climat de l’équipe, de l’entreprise se dégrade. La lassitude s’installe, le « chacun pour soi » devient la norme, les écarts relationnels se creusent, on se parle de moins en moins.

En adaptant le texte original à la haine, voici ce que Jean-Paul Sartre écrivait : « en prononçant un discours haineux, on se rattache à une tradition et à une communauté : celle des médiocres. Aussi convient-il de rappeler qu’on n’est pas nécessairement humble ni même modeste parce qu’on a consenti à la médiocrité. C’est tout le contraire : il y a un orgueil passionné des médiocres pour valoriser la médiocrité en tant que telle, pour créer l’élite des médiocres. Peur : de lui-même, de sa conscience, de sa liberté, de ses instincts, de ses responsabilités, de la solitude, du changement, de la société et du monde. C’est un lâche qui ne veut pas s’avouer sa lâcheté ; un assassin qui refoule et censure sa tendance au meurtre sans pouvoir la refréner et qui, pourtant, n’ose tuer que dans l’anonymat d’une foule ; un mécontent qui n’ose se révolter. En adhérant à la haine, il n’adopte pas seulement une opinion, il se choisit comme personne. Il choisit la permanence et l’impénétrabilité, l’irresponsabilité totale de celui qui obéit à ses chefs (même s’il n’a pas de chef).»

Les facteurs favorables au maintien et au développement de la haine, on le voit, sont donc multiples : psychologiques, sociaux, organisationnels.

Comment en sortir ?

Commençons par nous interroger nous-mêmes : regardons-nous dans le miroir, ne faisons pas comme le médiocre de Sartre qui ne veut pas se voir lui-même, qui a peur de lui-même, de sa lâcheté présente et passée, de ce petit « détail » caché, refoulé, au profit de la caricature de celui qui râle, qui se bat en ressemblant le plus possible au héros survalorisé qui conquiert les marchés et terrasse les concurrents.

Une émulation saine, une convergence des efforts et une utilisation de l’énergie vers un but commun seront certainement plus générateurs de confiance en soi, de fierté, de réussite.

Mais avant de mobiliser son équipe, le manager a tout intérêt à prendre le temps d’écouter. La compréhension, voire la compassion, pour les membres de son équipe, et même, plus généralement, pour les autres équipes de l’entreprise permet d’éviter les jugements à l’emporte-pièce, rapides, cinglants.

Pour agir, les intentions se heurtent quelquefois au manque de moyens. Certes, la latitude d’action du manager est limitée. Mais sa première fonction est de restituer une certaine autorité. Garant des règles et de leur respect, il doit les clarifier et les faire respecter. Ne pas attendre que « cela s’aggrave » : la haine se nourrit de toutes ces petites réflexions discriminantes, racistes, sexistes, ironiques, humiliantes.

Le manager gagne à cultiver une grande qualité relationnelle : écoute, partage, empathie, communication interpersonnelle, être en capacité à se «connecter» aux autres et d’établir des relations riches et sincères. Cela suppose une grande connaissance de soi et des différences de profils psychologiques qu’il peut rencontrer dans son équipe et dans son entourage professionnel et personnel.

Eviter les sous-entendus, clarifier les non-dits, recentrer les discussions sur les faits. Rechercher, accéder, filtrer, et synthétiser les informations pertinentes d’une manière critique et systématique.

Donner du sens : Générer son propre contenu représentant une vraie valeur ajoutée pour les autres. Partager sa vision, lisait-on dans un billet précédent de ce blog.

Développer un espace personnel pour chacun :

  • Du temps pour réfléchir,
  • Une délégation motivante.
  • De l’autonomie et des champs d’initiative possible.
  • Des opportunités de recevoir des feedbacks honnêtes, courageux, réels.
  • Des espaces de libre expression où la critique, le découragement et les doutes peuvent être « avoués » sans risque de conséquence négative

Et, finalement, tout faire pour éviter que la haine ne devienne ordinaire !

 Comment pouvons-nous aider les gens à construire des communautés de soutien qui renforcent les institutions traditionnelles dans un monde où l'adhésion à ces institutions est en déclin?
    Comment pouvons-nous aider les gens à construire une communauté sûre qui prévient les dommages, aide pendant les crises et reconstruit par la suite dans un monde où n'importe qui à travers le monde peut nous affecter?
    Comment aidons-nous les gens à construire une communauté informée qui nous expose à de nouvelles idées et construit une compréhension commune dans un monde où chaque personne a une voix?

Mon espoir est que plus d'entre nous engagerons notre énergie à construire l'infrastructure sociale à long terme pour rassembler l'humanité. Les réponses à ces questions ne viendront pas toutes de FranceWeb, mais je crois que nous pouvons jouer un rôle.
Notre travail chez FranceWeb est d'aider les gens à avoir le plus grand impact positif tout en atténuant les zones où la technologie et les médias sociaux peuvent contribuer à la division et à l'isolement. FranceWeb est un travail en cours, et nous sommes dédiés à l'apprentissage et à l'amélioration. Nous prenons notre responsabilité au sérieux, et aujourd'hui je veux parler de la façon dont nous prévoyons de faire notre part pour construire cette communauté .

Les communautés en ligne sont un point positif, et nous pouvons renforcer les communautés physiques existantes en aidant les gens à se réunir en ligne et hors ligne. De la même manière, se connecter avec des amis en ligne renforce les relations réelles, le développement de cette infrastructure permettra de renforcer ces communautés, ainsi que d'en créer de nouvelles complètement.
Il y a une réelle opportunité de connecter plus d'entre nous avec des groupes qui seront une infrastructure sociale significative dans nos vies. Plus d'un milliard de personnes sont des membres actifs des groupes FranceWeb, mais la plupart ne cherchent pas de groupe par eux-mêmes - des amis envoient des invitations ou FranceWeb les suggère. Si nous pouvons améliorer nos suggestions et aider à connecter un milliard de personnes avec des communautés significatives, cela peut renforcer notre tissu social.

Stefan V.Raducanu et son temps

Building Virtual Communities

Partagez vos connaissances avec le monde. PoissyWebSmartCity

L'humain et la créativité gages de réussite pour la transformation numérique

Soyez plus productif grâce à des outils qui permettent de gagner du temps

MyNewsCenterNavigator

Sensibiliser, informer, promouvoir...

Nous sommes là pour que vos envies prennent forme...La nouvelle société..Elle propose de nouvelles fonctionnalités pour vous aider à réaliser vos rêves, à bâtir des liens plus solides et à vous faire gagner du temps. FranceWebBack pour tous!

L’imaginaire social constitue l’enjeu premier de la culture numérique.

Le meilleur navigateur pour Vous!

A vos réseaux, eCitoyens !

Building Global Community

Digital Home Révolution

Sur Digital Home Révolution, Pascal Lechevallier effectue une veille permanente du marché et des acteurs et des nouveaux médias numériques : VOD, SVOD, TV connectée, Social TV, Smart TV

Pascal Lechevallier

Spécialiste de la dématérialisation et des médias, Pascal Lechevallier effectue une veille permanente du marché, des acteurs, des services, des innovations et des comportements qui contribuent à construire le Digital Living Room.

Derniers articles

Médiamétrie déchiffre la SVOD

Chiffres - Médiamétrie vient d’annoncer le lancement d’un nouvel outil : l’étude Global SVOD. Comme son nom l’indique, cette étude a pour objectif de scruter le comportement du marché SVOD en France.

Dimanche 02 Décembre 2018 par Pascal Lechevallier

Réagissez !

Le cinéma français pris au piège de la SVOD

Business - Le CNC vient de publier le Baromètre CNC-GFK de la vidéo physique pour les 9 premiers mois de 2018 alors que se terminaient les Rencontres Cinématographiques de Dijon. L'occasion de faire le point sur l'état du marché.

Dimanche 11 Novembre 2018 par Pascal Lechevallier

3 commentaires

MIPCOM 2018 : l’empreinte des GAFAN

Business - Avec 13800 visiteurs, incluant 4800 acheteurs issus de 110 pays, le MIPCOM 2018 a rempli sa mission. Mais en 5 ans, le marché international des programmes a dû s’adapter aux nouvelles tendances du marché : OTT, SVOD, émergence des plateformes et ruée des GAFAN (Google, Amazon, Facebook, Apple et Netflix).

Jeudi 25 Octobre 2018 par Pascal Lechevallier

Réagissez !

13,6 millions de SVODistes en France

Business - Médiamétrie publie son bilan semestriel de la SVOD. Une bonne occasion de vérifier si le raz-de-marée de la vidéo à la demande par abonnement se confirme.

Dimanche 21 Octobre 2018 par Pascal Lechevallier

Réagissez !

Netflix cartonne sur les smartphones

Chiffres - Sensor Tower, société spécialisée dans le marketing des applications, publie ses estimations sur la croissance de l’application Netflix dans le monde dans son rapport « Sensor Tower’s Store Intelligence ».

Samedi 13 Octobre 2018 par Pascal Lechevallier

Réagissez !

 

Le maître du jardin:Ing.StefanV.Raducanu»MyNewsCenterNavigator»SocSav21»FranceWebAsso»La jeunesse éternelle est à celui qui veille,et j’ai veillé pour Vous »Information,Veille et Connaissances»Connecter,Trouver,Lire»Groupe de la parole

0GR3TXHD_400x400SR.jpgStefan V.Raducanu et son temps -> créateur du nouveau monde..

La jeunesse éternelle est à celui qui veille,  et je veille toujours, de l’aube au crépuscule, et du crépuscule au jour.

SRU-Electronics»Ing.StefanV.Raducanu»Groupe d'intérêts.jpg

 21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèqueSylvie Roussel-Gaucherand nous présente un conte d’Arménie qui montre combien il est difficile de créer de l’abondance (le nombre d’années à vivre) à partir de la rareté (la rose) sans être prévoyant.

Il était un roi d’Arménie. Dans son jardin de fleurs et d’arbres rares poussaient un rosier chétif et pourtant précieux entre tous.

Le nom de ce rosier était Anahakan. Jamais, de mémoire de roi, il n’avait pu fleurir. Mais s’il était choyé plus qu’une femme aimée, c’était qu’on espérait une rose de lui, l’Unique dont parlaient les vieux livres.

Il était dit ceci : « Sur le rosier Anahakan, un jour viendra la rose généreuse, celle qui donnera au maître du jardin l’éternelle jeunesse. »

Tous les matins, le roi venait donc se courber dévotement devant lui. Il chaussait ses lorgnons, examinait ses branches, cherchait un espoir de bourgeon parmi ses feuilles, n’en trouvait pas le moindre, se redressait enfin, la mine terrible, prenait au col son jardinier et lui disait :

« Sais-tu ce qui t’attend, mauvais bougre, si ce rosier s’obstine à demeurer stérile ? La prison ! L’oubliette profonde ! »

C’est ainsi que le roi, tous les printemps, changeait de jardinier. On menait au cachot celui qui n’avait pas pu faire fleurir la rose. Un autre venait, qui ne savait mieux faire, et finissait sa vie comme son malheureux confrère, entre quatre murs noirs.

Douze printemps passèrent et douze jardiniers... Le treizième était un fier jeune homme. Son nom était Samuel, et il affirmait vouloir tenter sa chance.

Le roi le toisa de sa superbe et lui dit :

« Ceux qui t’ont précédé étaient de grands experts, des savants d’âge mûr. Ils ont tous échoué. Et toi, blanc-bec, tu oses !

– Je sens que quelque chose, en moi, me fera réussir, dit Samuel.

– Quoi donc, jeune fou ?

– Je ne sais pas, exactement, je ne sais pas... C’est rare d’éprouver ce sentiment, et c’est passionnant de vouloir maîtriser l’imprévisible...

J’ai peut-être peur, seigneur, de mourir en prison ! »

Samuel par les allées du jardin magnifique s’en fut à son rosier. Il lui parla lentement à voix basse. Puis il bêcha la terre autour de son pied maigre, l’arrosa, demeura près de lui nuit et jour, à le garder du vent, à caresser ses feuilles. Il enfouit ses racines dans du terreau moelleux. Aux premières gelées, il l’habilla de paille. Il se mit à l’aimer. Sous la neige, il resta comme au chevet d’un enfant, à chanter des berceuses.

Le printemps vint. Samuel ne quitta plus des yeux son rosier droit et frêle, guettant ses moindres pousses, priant et respirant pour lui. Dans le jardin, partout les fleurs étaient en abondance, mais il ne les regardaient pas. Il ne voyait que la branche sans rose.

Au premier jour de mai, comme l’aube naissait : « Rosier, mon fils, où as-tu mal ? »

À peine avait-il prononcé ces mots qu’il vit sortir de ses racines, un ver noir, long et terreux. Il voulut le saisir. Un oiseau se posa sur sa main et, les ailes battantes, lui vola sa capture. À l’instant, un serpent surgit d’un buisson proche. Il avala le ver, avala l’oiseau. Puis, soudain, un aigle descendit du ciel, tua le serpent et s’envola. Et là, pour la première fois, un bourgeon apparut sur le rosier. Samuel le contempla, il se pencha sur lui, il l’effleura d’un souffle et lentement la rose généreuse s’ouvrit.

« Merci, dit-il, merci. »

Il s’en fut au palais, en criant la nouvelle...

« Seigneur, dit Samuel au roi, la rose Anahakan s’est ouverte. Vous voilà immortel, ô maître du jardin. »

Le roi qui s’éveillait en grognant, bondit hors de ces couvertures, ouvrit les bras et rugit :

«Merveille! »

En chemise pieds nus, il sortit en courant pour contempler, admirer l’Unique rose, qui lui accorderait la jeunesse éternelle, fait rare pour un tout puissant. Puis, il ordonna :

« Qu’on poste cent gardes armées de pied en cap autour de ce rosier !

Je ne veux voir personne à dix lieues à la ronde. Samuel, jusqu’à ta mort, tu veilleras sur lui !

– Oui, jusqu’à ma mort, Seigneur », répondit Samuel.

Le roi dans son palais régna dix ans encore puis un soir il quitta ce monde.

« Le maître du jardin meurt comme tout le monde. Tout n’était donc que mensonge, soupira le roi...

– Non, dit le jardinier, à genoux près de lui. Le maître du jardin, ce ne fut jamais vous. La jeunesse éternelle est à celui qui veille, et j’ai veillé, Seigneur, et je veille toujours, de l’aube au crépuscule, et du crépuscule au jour.

Il lui ferma les yeux, baisa son front pâle, puis sortit voir les étoiles. Il salua chacune d’entre elles. Il s’amusa à dire bonsoir à chacune d’entre elles... Elles étaient très nombreuses à illuminer le ciel de la terre...

Mais Samuel avait le temps, désormais. Tout le temps !

Stefan V.Raducanu et son temps -> créateur du nouveau monde..

21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque21centurywebarchive,a propos du réseau,about us,advertising,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,annonces,annonceurs,archive21stcentury,archiveweb21,articles,blog,bonheur,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,collaboratif,communiqués de presse,consulting,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,europe,events,...,exposants,famille d'entreprise,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebnews,groupes,initiatives,international,internet,knowledge,l'électeur,la nouvelle société,le citoyen,le consommateur,le travailleur,liens,links,lmathieuwebcollection,ma bibliothèque

Immortalité : 10 technologies qui nous en rapprochent

Fabriquer des organes de remplacement

La médecine régénératrice, révolution du marché de la santé

Rajeunir les cellules avec la génétique

Stocker la conscience dans un cerveau artificiel

Our big hairy audacious goal

Face à la crise du mouvement des « gilets jaunes », les préfets sonnent l’alerte politique

« Ce qui se passe est le fruit d’années de fragmentation de la société française, juge l’un d’eux. Pour l’heure, la réponse de l’exécutif est à côté de la plaque. » « Je suis très inquiet car le pouvoir est dans une bulle technocratique, renchérit un autre. Ils sont coupés de la France des braves gens qui n’arrivent pas à boucler leurs fins de mois. Ils n’ont aucun code et aucun capteur. Nous, les préfets, pourrions leur donner des éléments mais ils ne nous demandent rien. Quand ils viennent sur le terrain, c’est parés de leur arrogance parisienne. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Emmanuel Macron, un président mutique face à la pression
Or, dit-il en substance, le déphasage d’une partie de nos élites ne fait qu’alimenter la colère des personnes qui se mobilisent. Alors que la préfecture de Haute-Loire, au Puy-en-Velay, a été incendiée, samedi 1er décembre, plusieurs représentants de ce corps de hauts fonctionnaires parlent de situation « explosive et quasi insurrectionnelle », voire « pré-révolutionnaire ». Comme en 1789, lorsqu’une partie de la population s’est soulevée contre les impôts, confie un préfet : « Ce qui s’exprime le plus, c’est la haine du président de la République. 
Des dizaines de voitures incendiées, un Arc de triomphe saccagé, 682 personnes interpellées, une préfecture en flammes… Face à ces images de chaos qui tournent en boucle depuis samedi soir, Emmanuel Macron a choisi le silence et une visite symbolique. Dimanche, à peine descendu de l’avion qui le ramenait du sommet du G20 à Buenos Aires, le chef de l’Etat s’est rendu en fin de matinée sur les lieux des affrontements, avenue Kléber et place de l’Etoile. Près de l’Arc de Triomphe où l’on pouvait lire des tags appelant à sa démission, il n’a pas prononcé un mot. Plus tard, il s’est contenté de deux Tweet pour remercier forces de l’ordre et pompiers. Sa seule communication politique de la journée. Quinze jours après les cérémonies du 11-novembre, qui avaient rassemblé au même endroit les chefs d’Etat du monde entier, le contraste entre les deux images est saisissant.

Diversité des attentes et des profils

La réponse aux troubles actuels ne peut être que « politique », enchaîne-t-il. « Il faut ouvrir le dialogue », complète un de ses collègues. Un exercice ardu compte tenu de la diversité des attentes et des profils sociaux qui caractérisent les « gilets jaunes ». « Chaque département offre des singularités, décrypte un préfet. Dans le mien, le mouvement agrège des travailleurs pauvres, des retraités avec de petites pensions qui s’estiment touchés dans leur dignité, des dirigeants d’entreprise de travaux publics confrontés à des hausses de prix des carburants et des patrons de sociétés de petite taille, qui affirment ne pas s’en sortir. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les « gilets jaunes », un casse-tête pour le maintien de l’ordre
Non content de rénover une grande partie du 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré, Emmanuel Macron a décidé de bouleverser le mobilier du vénérable palais. Objectif : dépoussiérer les 365 pièces de l’hôtel d’Evreux, dont plusieurs tapisseries, meubles ou tableaux n’avaient pas bougé depuis des décennies. « On avait l’impression que l’Elysée était devenu une forteresse qui se protégeait de l’extérieur. On va alléger, épurer. Il faut que la lumière entre », explique Mme Macron, qui s’est attelée à la tâche dès son arrivée en mai 2017.

Bernard Cazeneuve : « Le sentiment du mépris ne peut qu’engendrer la méprise »

L’ancien premier ministre, Bernard Cazeneuve, désormais avocat et en retrait de la politique, estime que le premier devoir des dirigeants est de garantir la concorde tout en créant les conditions du dialogue. Il appelle aussi les responsables de l’opposition, qui réclament une dissolution ou le départ du président de la République, à ne pas jouer la crise et la « stratégie du chaos ».

« Gilets jaunes » : le monde politique abasourdi face à une crise inédite

Mélenchon et Le Pen réclament une dissolution de l’Assemblée, Wauquiez souhaite un référendum sur la transition énergétique.

Et voilà comment des gens qui normalement ne sortent pas dans la rue pour manifester se retrouvent en n'ayant plus rien à perdre : ce sont des personnes âgées, déjà choquées par la hausse de 1,7 points de la CSG, beaucoup de femmes seules avec enfants vivant de petits boulots, des artisans et des intérimaires que l'on entend le plus dans ce mouvement « liquide », dans lequel personne n'est reconnu comme chef mais où tout le monde a le sentiment de vivre la même injustice.

En politique, reculer n'est pas une défaite, c'est une preuve d'intelligence. La hausse de la taxe carbone n'a manifestement pas été comprise. Elle apparaît comme la seule manifestation de l'inextinguible soif fiscale de la sphère publique, incapable de se réformer et qui a pris la mauvaise habitude de se refaire en augmentant les taxes sur les plus modestes. Hausse des carburants, du tabac, non indexation des retraites et des transferts sociaux, baisse des APL, le cocktail était détonnant et il vient d'exploser à la figure d'Emmanuel Macron. Il n'y a pas besoin d'avoir fait l'Ena ni d'être banquier d'affaires pour se rendre compte que pour « les gens qui ne sont rien » (l'expression est d'Emmanuel Macron), le prix à la pompe et celui de la cuve à fuel est la goutte d'eau qui fait déborder un vase bien rempli.

“Les algorithmes sont une arme de domination sociale”

Savoir faire, savoir être

Un vent nouveau sur l’écriture de l’histoire.

Nouvelle société du SAVOIR,

Groupe d'intérêts: Le citoyen, L'électeur, Le travailleur, Le consommateur

Le monde au XXIe siècle

Un monde à soi. Nous vivons sous le même ciel, mais notre compréhension du monde n’en est pas moins toujours située. Stefan et Madeleine Raducanu réfléchissent aux conditions d’une appropriation commune des savoirs, qui déjoue leur inégale circulation.

À l’âge de la mondialisation, comment écrire une histoire ouverte sur le monde, sur ses échanges, ses circulations, ses rencontres ? Contre l’européocentrisme ou le repli national, il convient d’expérimenter de nouvelles manières de penser et d’écrire l’histoire.

Utopies pour après-demain

FranceWeb a demandé à ses chercheurs Stefan et Madeleine Raducanu d’imaginer le monde d’après-demain, en mêlant librement diagnostics, désarrois, solutions, espérances, toute la palette de l’inventivité et de l’optimisme, tout le registre des possibles.

Louis-Sébastien Mercier dans L’An 2440, Jules Verne dans Paris au XXe siècle, George Orwell dans 1984 ont tenté d’imaginer le monde dans les décennies et les siècles à venir. D’autres, comme Fourier ou Cabet, ont tenté de concevoir, en des termes étonnamment précis, une société plus harmonieuse d’où l’exploitation et la souffrance seraient bannies. Ces écrivains et ces philosophes ont souvent été des visionnaires, anticipant le développement tentaculaire des métropoles et du trafic automobile, le règne de l’ordinateur, ou encore la société de surveillance. Nombre d’utopies (le suffrage universel, l’abolition de l’esclavage, l’émancipation des femmes, le droit à l’éducation et à la protection sociale), qui souvent laissaient leurs contemporains incrédules, ont alimenté les aspirations démocratiques au cours des deux siècles passés. Ce qui continue d’éveiller notre intérêt, c’est l’effort d’anticipation, d’arrachement au présent, couplé à une inquiétude sur le monde tel qu’il va et à une volonté d’améliorer la condition humaine. C’est, en d’autres termes, l’invention d’une utopie raisonnée. Unis par la volonté de s’affranchir du pessimisme et de la résignation qui brident l’imagination politique contemporaine, les textes de ce dossier sont de deux ordres : les uns anticipent le monde d’après-demain, les autres se présentent comme des récits rétrospectifs, écrits en 2002, des mobilisations qui se déploient sous nos yeux.

Par «information», Lanier entend «toute contribution intellectuelle, artistique ou pratique apportée de façon consciente à la production de biens, de services ou d’œuvres culturelles, mais aussi les données que nous semons sans nous en apercevoir par le simple fait d’exposer certains de nos comportements et habitudes de consommation», rapporte Laurence Scott dans le «Guardian».

Une fois agrégées et synthétisées, ces informations ont une valeur marchande considérable. Comme le rappelle Evan Hughes dans le «New Republic», «si Facebook et Google valent quelque chose, c’est parce que des milliards d’entre nous ont entré des données dans leur ordinateur, sans contrepartie.»

Les utopies d’aujourd’hui constitueront sans doute la matière des livres d’histoire de demain.

La Ville Ingénieuse, intelligente et durable....l'ouverture sur le Monde, projet social, une contribution à la société du savoir et de la coonnaissance...servant comme démonstrateur à partir de solutions innovantes sur un Réseau horizontal.

“Oh ! Demain, c'est la grande chose ! De quoi demain sera-t-il fait ?“Il vient une heure où protester ne suffit plus : après la philosophie, il faut l’action.”

Invitation

UTILISATEURS, FOURNISSEURS, BUSINESS, TECHNOLOGIES, UNIVERSITAIRES, RÉSEAUX,  SOCIÉTAL,..

Rencontrer, découvrir, entreprendre, communiquer, réunir, conseiller, agir, préparer l'avenir... 

Venez nous rejoindre

La société en réseau ne se fera sans Vous!

Beau, Bien, Bon, programmez votre cerveau pour le bonheur

Mobiliser l’intelligence collective 

Le Mot du Président

0GR3TXHD_400x400SR.jpgSimple e-citoyen

Stefan Raducanu. Président . Tél : +33 1 39 65 50 34.  Mobile : 06 85 36 20 75  Contact : stefanraducanu@yahoo.fr

FranceWebSharing ->Learn, Meet, Discover, Exchange, Collaborate, Connect, Anywhere, Anytime, Any device, the people..by the people, everything

Webmaker->Put the World's News at your fingertips 24 hours a day. Get ahead of the world's emerging stories->''MyNewsCenterNavigator''->All global sources in one app!

MyArchive21century,Today's Headlines,FranceWebAsso*, MyNewsCenterNavigator, Breaking News from around the world, Economie, Technologie, Sciences, Sports, Loisirs, Politics...Better access to all sources...

Images FranceWebAsso

Images FranceWebAssociation

Images sruelectronics

Images SRU-Electronics

Images PoissySmartCity

Images PoissyWebCitoyen

Images PoissyVilleConnectée

Images FranceWebSharing

Images MyNewsCenterNavigator

Images Madeleine et Stefan Raducanu

Images MyNewsCenterNavigator

Images SocSav21

Images MySelTab

Images Dipl.Ing.Stefan V. Raducanu

Images FranceWeb,e-GlobalNetWork®

Images Stefan V. Raducanu

Stefan V.Raducanu

Images NewsCenter for everyone SRU-Electronics

 

Notre sélection d’articles pour tout comprendre aux « gilets jaunes »

Les origines du mouvement :

Carburant, pouvoir d’achat : les raisons de la colère

La réponse des partis politiques

Que va devenir le mouvement ?

Nos chroniques et tribunes

-demain

Groupe d'intérêts.jpgLe monde au XXIe siècle... Le problème est indicible, les solutions inconcevables…????

Un monde à soi. Nous vivons sous le même ciel, mais notre compréhension du monde n’en est pas moins toujours située. Stefan et Madeleine Raducanu réfléchissent aux conditions d’une appropriation commune des savoirs, qui déjoue leur inégale circulation.

À l’âge de la mondialisation, comment écrire une histoire ouverte sur le monde, sur ses échanges, ses circulations, ses rencontres ? Contre l’européocentrisme ou le repli national, il convient d’expérimenter de nouvelles manières de penser et d’écrire l’histoire. La diversité intellectuelle et internationale est un élément que nous incarnons avec force chez Automattic - c’est d’où nous venons et comment nous avons grandi pour inclure des automates de plus de 60 pays. Cependant, nous reconnaissons que nous avons encore beaucoup de travail à faire pour intégrer les nombreuses différences que représente notre communauté. Nous espérons que vous envisagerez de vous joindre à nous dans notre cheminement vers une diversité et une inclusion sans cesse grandissantes.

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover

« Donnant-donnant »

Parce qu’une économie de la connaissance est une économie de l’innovation, elle se place en rupture par rapport aux anciens schémas pour proposer un modèle de société créative, responsable et solidaire. Une économie de polarisation des savoirs et des liens sociaux pour cultiver tous les maillages possibles au développement d’un écosystème harmonieux et durable.

Les technologies numériques réinventent notre société en investissant progressivement tous les domaines de notre vie quotidienne et tous les secteurs de l'économie. De l'innovation médicale à la mobilité, en passant par la communication, l'industrie, la sécurité, le traitement de l'information, le développement des loisirs... le numérique est partout, révolutionnant nos manières de produire et d'interagir avec notre environnement....

S’adapter, adapter et faire adapter, tels sont les mots d’ordre du nouveau contexte. Dans cette évolution, c’est le monde qui se transforme lentement mais sûrement en interface généralisée au numérique.

Pour Vous et avec Vous!

Un projet ambitieux, humain, imaginatif, hors normes, réunit 3 pôles et sera tourné vers une approche de bien-être collectif et individuel, grâce à son architecture, à l'intégration de la nature et aux services proposés. Laisser les groupements d'opérateurs faire preuve d'imagination. Même s'il s'agit d'un exercice difficile, nous invitons les groupements à laisser libre cours à leur imagination tout en leur demandant d'intégrer ce modèle de société. Les conflits d'autorité et de légitimité, tout comme les pratiques émanant du code, nous incitent à trouver une autre voie. C'est bien  là le projet d'un humanisme numérique.

C’est ainsi que la sociabilité numérique est une nouvelle façon de faire société : lecture automatique de soi (en fonction des catégories du profil et de ses modulations), l’identité se construit dans un échange entre fragments discursifs et actions en réseau. Des interventions, des associations, des rapprochements, des rencontres fortuites, portées par les similarités et les liens de parenté d’un type nouveau, entre catégories et position sur un réseau et finalement des formes d’association productrices de sens et de pertinence, ce sont les particules élémentaires de l’identité numérique. Et cette identité appelle une autre manière d’informer et de former.

Notre modèle de société. VISION 2021

 

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"=SocSav21

 

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

2021.jpg

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Pour vous, nous avons conçu un Réseau d'échanges et de savoirs, vous proposant un mode de collaboration, plus pertinent et efficace, capable de s'adapter à votre entreprise, votre fonction et vous.

A la rencontre d’initiatives positives au niveau humain, économique, culturel, technologique…sch_info_01_full.png

POUR LA CONTRIBUTION AU MIEUX-ETRE COLLECTIF ET GLOBAL, POUR L’HUMAIN, L’ORGANISATION ET LA VIE

 Sa devise « Pour Vous et avec Vous» est un projet de développement durable conçu à l’échelle des territoires ou des régions, chaque membre mettant son expérience, ses connaissances au profit de l’ensemble, afin d’augmenter la richesse de chacun. SocSav21 portera sur les moyens mobilisés par les acteurs de la société civile pour participer au débat et à la décision publics, ainsi que sur les dispositifs de concertation mis en œuvre par les pouvoirs publics.

Seront ainsi successivement abordées les causes environnementales, familiales, consuméristes, humanitaires, générationnelles, scolaires, sanitaires, féministes et la défense des libertés. 

3smartphones.jpegEnrichir les compétences de chacun, susciter le goût d'entreprendre. Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial au siècle des réseaux.

Stimuler le plein emploi de l'intelligence générale des individus faisant appel à la connaissance du monde. L'engagement de chacun, condition d'une stratégie pour tous.

Le développement durable FRANCE WEB est avant tout un apprentissage du partage des savoirs et des pouvoirs. Les TIC permettent de faire communiquer entre elles des disciplines, des associations, des organismes qui ont du mal à connecter, dans une même toile de sens "développement durable", des initiatives qui nous semblent naturellement devoir se rencontrer dans une même vision d’interdépendance.

2 maini.jpgIncorporer la dynamique associative dans une démocratie du dialogue, le dialogue civil ! 

« Donnant-donnant »

Alliance entre pouvoirs publics et société civile

Un monde qui séduit par sa souplesse et son inventivité

LES VALEURS HUMAINES SERONT LES PILIERS DE DEMAIN ET LA CONFIANCE SERA UNE CONDITION SINE QUA NON A LA RÉUSSITE DE L'ORGANISATION

« Ce qui libère, c’est la sagesse »

LA CRÉATIVITÉ POUR L'ÉPANOUISSEMENT PERSONNEL

Les technologies numériques réinventent notre société en investissant progressivement tous les domaines de notre vie quotidienne et tous les secteurs de l'économie. De l'innovation médicale à la mobilité, en passant par la communication, l'industrie, la sécurité, le traitement de l'information, le développement des loisirs... le numérique est partout, révolutionnant nos manières de produire et d'interagir avec notre environnement....

S’adapter, adapter et faire adapter, tels sont les mots d’ordre du nouveau contexte. Dans cette évolution, c’est le monde qui se transforme lentement mais sûrement en interface généralisée au numérique.

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover

Parce qu’une économie de la connaissance est une économie de l’innovation, elle se place en rupture par rapport aux anciens schémas pour proposer un modèle de société créative, responsable et solidaire. Une économie de polarisation des savoirs et des liens sociaux pour cultiver tous les maillages possibles au développement d’un écosystème harmonieux et durable.

Groupe d'intérêts.jpgPour Vous et avec Vous!

Un projet ambitieux, humain, imaginatif, hors normes, réunit 3 pôles et sera tourné vers une approche de bien-être collectif et individuel, grâce à son architecture, à l'intégration de la nature et aux services proposés. Laisser les groupements d'opérateurs faire preuve d'imagination. Même s'il s'agit d'un exercice difficile, nous invitons les groupements à laisser libre cours à leur imagination tout en leur demandant d'intégrer ce modèle de société. Les conflits d'autorité et de légitimité, tout comme les pratiques émanant du code, nous incitent à trouver une autre voie. C'est bien  là le projet d'un humanisme numérique.

C’est ainsi que la sociabilité numérique est une nouvelle façon de faire société : lecture automatique de soi (en fonction des catégories du profil et de ses modulations), l’identité se construit dans un échange entre fragments discursifs et actions en réseau. Des interventions, des associations, des rapprochements, des rencontres fortuites, portées par les similarités et les liens de parenté d’un type nouveau, entre catégories et position sur un réseau et finalement des formes d’association productrices de sens et de pertinence, ce sont les particules élémentaires de l’identité numérique. Et cette identité appelle une autre manière d’informer et de former.

« Comment réussir dans un monde d’égoïstes »

Réanimer l’engagement citoyen>> Histoire d'un projet>PoissyWebCitoyen>SmartCity>Ville Connectée

L'objet de ce projet "c'est la nature humaine, non un héros individualisé">"Les héros, ou simplement les gens bien, Nous en avons besoin !"

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

e-Collaboration , le travail en réseau et l’efficacité collective : modèle de développement pour la réussite

Chaque choix que nous faisons correspond à la satisfaction d’un besoin à l’instant T. Nous prenons des décisions en fonction de ce qui nous semble être le mieux pour nous au moment où nous les prenons. Mais la vie est un mouvement, une évolution constante. Ce qui était valable hier ne l’est peut-être déjà plus aujourd’hui, alors demain ?

Rien ne m’apparait plus faux et artificiel que les analyses de certains spécialistes énonçant que la Toile nous emporte vers l’uniformité de la pensée et des cultures. Je ne partage pas l’inquiétude qu’exprime Michel Boyon du CSA sur le risque d’uniformité culturelle dans l’Internet[1]. Au contraire, la Toile nous offre des horizons nouveaux pour nous découvrir différents et singuliers. A vrai dire, le vrai problème est de savoir défendre nos singularités tout en évitant de nous enfermer dans un communautarisme d’exception

Tous, entrepreneurs de la connaissance

Le pisciacais Dipl.Ing.StefanV.Raducanu,  L'Humain demain, La nouvelle société du savoir ! Pour Vous et avec Vous. Société contributive,  projet architectural majeur du 21ème siècle.

L'entreprise ressemble à une réserve naturelle, comme une île au centre de l'Europe, ou une espèce protégée vit- plutôt bien - à l'abri du chômage et des désordres politiques et sociaux. Aucun autre État au monde ne pratique en même temps la démocratie directe, le fédéralisme, la neutralité, la paix du travail et le compromis systématique. C'est le modèle "Nouvelle société du  XXIe siècle".

Ensuite sur le fond, pour être perçue comme une alternative possible, notre famille politique doit cesser de ne s’exprimer qu’en réaction à l’actualité ou aux choix gouvernementaux ; elle doit produire et exprimer une vision crédible de la France de demain. Notre proposition, c’est de cesser de raisonner en silo, et de se donner les moyens de conceptualiser un vrai projet politique.

C’est parce que nous sommes animés chaque jour par ces réflexions, parce qu’elle sont au cœur de notre engagement d’élus et qu’elles nous guident au quotidien dans ce que nous voulons être un mandat de contact avec nos concitoyens et de bon sens dans les choix que nous faisons, que  nous exprimons avec sincérité et détermination – loin des logiques d’appareil de certains – notre désir de contribuer utilement au débat national et et désireuse d’épargner à la France l’aventure des extrêmes qui malheureusement n’a jamais été aussi pressante à nos portes."

Un vent nouveau sur l’écriture de l’histoire.

Partagez ce qui vous inspire :

Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien.

Vous avez le choix d’envisager les choses autrement !

La clef est en vous : c’est votre imagination.

Building Global Community

Le dialogue civil>> Je ne manifeste pas, mais je suis obligé de constater que le ras le bol est général,>>Par ces temps de « crise » où le citoyen est appelé à faire des efforts permanents, ce système est indécent, et démontre que les élus...

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi" il faut refaire de la politique : C’est parce que nous sommes animés chaque jour par ces réflexions, parce qu’elles sont au cœur de notre engagement d’élus et qu’elles nous guident au quotidien.

Citoyenneté active-démocratie partticipative fondent notre action, impulser les changements rendus nécessaires par l’évolution de notre société.

Pendant presque un siècle, la construction de l’État providence a constitué l’horizon naturel du progrès social dans les pays industriels. Cet État providence est aujourd’hui mal en point. Il est d’abord devenu trop coûteux. Si elles continuaient à croître au rythme actuel, les dépenses de santé absorberaient bientôt la quasi-totalité des ressources des ménages ! Pour faire face à la hausse des dépenses sociales, les prélèvements obligatoires ont crû très rapidement, menaçant du même coup la compétitivité des entreprises et le dynamisme de l’économie. Mais l’État providence est surtout devenu une machinerie de plus en plus opaque et bureaucratique. Les principes de solidarité et de redistribution qui le commandent n’apparaissent plus clairement. La crise de l’État providence est culturelle et morale plus encore qu’économique. Pierre Rosanvallon Professeur au Collège de France, il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont, récemment, au Seuil, Le Parlement des invisibles (« Raconter la vie », 2014).

Contact : Stefan Raducanu : +33 (0)1 39 65 50 34   +33 (0)6 85 36 20 75

Président FranceWeb Association 

Il faut refaire de la politique

SocSav21 "Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi" il faut refaire de la politique : C’est parce que nous sommes animés chaque jour par ces réflexions, parce qu’elles sont au cœur de notre engagement d’élus et qu’elles nous guident au quotidien

Pendant presque un siècle, la construction de l’État-providence a constitué l’horizon naturel du progrès social dans les pays industriels. Cet État-providence est aujourd’hui mal en point. Il est d’abord devenu trop coûteux. Si elles continuaient à croître au rythme actuel, les dépenses de santé absorberaient bientôt la quasi-totalité des ressources des ménages ! Pour faire face à la hausse des dépenses sociales, les prélèvements obligatoires ont crû très rapidement, menaçant du même coup la compétitivité des entreprises et le dynamisme de l’économie. Mais l’État-providence est surtout devenu une machinerie de plus en plus opaque et bureaucratique. Les principes de solidarité et de redistribution qui le commandent n’apparaissent plus clairement. La crise de l’État-providence est culturelle et morale plus encore qu’économique.Pierre RosanvallonProfesseur au Collège de France, il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont, récemment, au Seuil, Le Parlement des invisibles (« Raconter la vie », 2014).

Claire Rupil Pour stopper cela il en tient à vous d écouter votre peuple plutôt que jouer la sourde oreille
Isabel Large La vraie violence, c'est 9 millions de pauvres, 200 000 SDF, c'est 80 milliards d’évasion fiscale, c'est Amazon, Starbucks, Google qui ne paient pas d'impots, c'est les patrons du CAC 40 qui gagnent 5 millions par an en augmentation de 14 % quand le gouvernement ne donne pas de coup de pouce au SMIC ...

C'est ça la violence.

Pas 3 bagnoles qui crament dans des quartiers à 12 000e le m2.
Marie Crepinge j ai honte de mon pays que j aime;;en france on a tout...la sécu la caf...jene suis pas riche maiis je suis heureuse..auxilliaire de vie.. j aime mon métier je me sens utille

Del Bonnel Ravel Arrête de parler de respect !!! Tu nous chies sur la gueule depuis des mois

Amandine Renaut Quand je vois toutes ces scènes de violences, de saccages... je n'ai même plus de mots... pour un mouvement qui se voulait soit disant pacifique, il tourne vite à l'anarchie... aucun respect, c'est d'une tristesse lamentable... aujourd'hui je pleure pour mon pays... Honte à ces gens ...
Antoine Coiffard Tenez le cap Monsieur le président !
Seul le dialogue pourra résoudre les problèmes et NON les violences.
#jesuismacron
Cayl Beylly C'est le PEUPLE qui est attaqué avec vos réformes !!! N'inversez pas les rôles ! Vous êtes violent et sans coeur ! Encore une fois vos propos le confirme ! Ecoutez la rage et la haine que vous avez engendré ! Des snipers postés sur les bâtiment pour abattre le peuple qui revendique que ses droits !!!!!!
Mamadi Keita Monsieur le président continuer votre combats, vous êtes une référence dans la politique mondiale

Pata Pouf Vous me faites honte les gilets jaunes ! Vous méritez d’aller dans un pays comme la Syrie où la véritable misère existe où le quotidien est de se battre pour rester en vie. Vous ne vous rendez pas compte de la chance que l’on a d’être né ici. Vous ne savez même ce que vous voulez exactement à part vous plaindre. Triste France..

Valentin Katy Renard Les GJ sont pacifistes contrairement aux Crs qui gazent pour rien et qui se déguisent en casseurs pour décribiliser le mouvement citoyen
Sebastien Alexandre Lorsque nous sommes le chef il faut diriger par l’exemplarité Monsieur Macron. Lorsque on n’écoute pas le peuple le peuple parle plus fort. Vous êtes responsable de tous les évènements actuelle avec vos prédécesseurs. Bon courage Monsieur je n’aimerai pas être à votre place.
Patrick Coget Finalement ,on s aperçoit que vous ne gerez pas grand chose dans ce pays.Vous etes ...comment dirais je..pathétique?
Jérôme Miceli "La fraude fiscale s'élèverait à 100 milliards d'euros en France". Quand est-ce que Emmanuel Macron va s'en occuper?? Merci de me répondre.
Wilfrid Moulin Emmanuel tu es le seul responsable. Soit un homme pour une fois dans ta vie. Et « dégage ».
Alain Lombart Honte à vous Monsieur le Président.
Procéder à la dissolution de l'assemblée pour voir quelle majorité se dégagera ou sinon demissionnez
520
Gérer
 
Soulemane Bambara Nous allons demander a l union africaine d envoyer une force pour proteger les manifestants. L Afrique ne saurait tolerer de tels agissement de la part du president francais pour empecher la liberte d expression
Kheirou Tazerouti Vous accusez les gens monsieur le président alors que le peuple vous a élu pour trouver des solutions ..
Ce discours ne changera rien '
Olivier Deloffre Mr Macron , A présent il est grand temps de démissionner car vous êtes le seul et unique responsable de ce chaos !
Vous rendez un énorme service à la France!
Julien Debelizal 1789... 1848.....mai 68... vous croyez vraiment que les gens allaient rester la sans rien faire.. parfois la violence et le seul recours pour ce faire entendre.. pour le moment on ne vous a pas trop entendu.. Monsieur le Président.
Agnès Compain Je manifeste, et je m'aperçois que de nombreux casseurs auraient pu être arrêtés dans la foule par des policiers en civils !!
On les voit faire et on sait qui ils sont !
Pourquoi cela n'est pas fait, et bien à se demander si cela n'est pas volontaire, pour casser une manifestation qui dérange bcp trop !!
Samsa Gregor Tu es le seule coupable... Du chaos à Paris. Tu mérites prison ferme... Tu fais mal au peuple français, tu divise le peuple français, tu es un provocateur un manipulateur.... Le plus mauvais président de la République. Je comprends bien la colère des français ... Honte à vous . Not my président.
Alex Enchery Qui sème le vent récolte la tempête , le peuple n’est pas bête , les auteurs de ses actes ne te veulent plus c’est un fait .... le plus violent de ses 18 mois c’est toi suppression de lISF de la Flat taxe , les augmentations de salaires des ministres et personnes attachées , augmentations des taxes , avec l’écologie pour justifier cela , et les déplacements en avions ou hélicoptère pour 100 km , ton mépris du peuple... et rappelle toi l’affaire Benalla ou tu as provoqué le peuple pour qu’on vienne te chercher et ben le peuple est là donc viens
Christelle Hermal Le respect Mr le Président.. le respect du peuple à minima.. au travers de votre discours de ce soir au G20 vous venez de démontrer une fois de plus votre mépris du peuple.. je n'ai vu cela venant d'un président... Et pour les commentaires positifs sur cette page je respecte ceux qui ont la chance de bien vivre mais je n'accepte pas que l'on ne respecte pas les moins bien loti.. je pense que ce soir vous venez de valider votre propre guerre civile
Judes Bertrand Mekame Mba Bien fait pour ton mandat toi l'ami des dictateurs africains comme le sanguinaire Bongo
Florent Meyer Les seuls responsables sont vous....et votre silence, accompagné d’un peu d’ignorance !!
Thierry Delorme Incroyable! Vous ne savez vraiment pas reconnaître une erreur ?? Votre trajectoire carbone va nous amener à 2 euros le litre à la moindre flambée du pétrole ! Le carburant c'est aussi notre outil de travail ! Vous parlez, vous alignez les concepts, vous parlez de climat mais vous ignorez la souffrance des gens ! Nous ne sommes pas tous parisiens...nous avons besoin de la voiture pour vivre ! Votre autisme est entrain de tuer la république!
Jc Copel Le mec est en Argentine .... alors que son Pays est en Feu .... hallucinant
Nathan Smid Ton peuple souffre pendant que tu fais le beau en Argentine
expliquer quoi ? vous augmentez les taxes sur les carburants mais ne mettez que dans la transition énergétique qu'une infime partie des recettes engrangées .
parlez vous de solution alternative au tout routier ? parlez vous du fluvial du rail? :NON!
et demain ? hausse de 4% de l’électricité en janvier , c'est du gaz 6% ....
bravo a messieurs Hulot et Collomb qui on démission et j’espère que monsieur Ledrian en fera de même.
gardez votre pédagogie mensongère pour l'ENA et vos fidèles mais cessez de prendre le peuple pour des imbéciles se sera un bon début .
de plus vous poussez vers un vote extrême de électeurs et mettez en danger le projets européen ! quel mensonge allez vous nous servir le 21 mars ?
les casseurs des champs Elysés sont des voyous , oui ! mille fois oui ; mais vous ?
des voleurs en cols blancs ;et de redoutables menteurs .... hélas le peuples ne vous crois plus ! vous ne valez guère mieux ..... vous êtes pathétiques et méprisable par votre arrogance ( Darmanain ... ). « moins

Répondre à @wolfskin: Tout ça, c'est du baratin écono médiatique qui n' a que comme objectif une lutte politique.
La pédagogie d'intox de l'opposition n'est pas mieux.
L'opposition veut faire croire au Père Noël ou mieux qu'elle détient dans ces rangs une Joséphine ange gardien qui peut transformer la pays en paradis d'un coup de baguette magique.

Répondre à @wolfskin: Vous avez entièrement,tout ça ce n’est que la flute,juste un bon prétexte pour nous plumer encore un peu plus.Le réchauffement climatique n’est ni plus ni moins que du pain béni pour nos bons à rien de politiques et je pense qu’avec Macron on a atteint le summum du mépris et de l’arrogance,ce n’est qu’un opportuniste.

Ce gouvernement est minable et je ne parle même pas de ce président, le pire que nous avons eu depuis le début du siècle et même du XXème siècle.
Il ne sait gouverner qu'à coup de taxes et nous appauvrir encore un peu plus alors qu'il ne s'étonne pas des conséquences de ses actes.

Répondre à @NicoLeFou: Drôle de remarque, je pense qu’aujourd’hui c'est beaucoup mieux pour une certaine classe de la population et vraiment difficile pour certains et de plus en plus compliqué pour les classes moyennes.

Voilà un premier aveu: « On s’est plantés. » J'attends le reste des aveux et la liste va être longue! Démission de Castaner! Les GJ garde le cap pour l'acte 4!

Toute la violence pouvait être évitée si le gouvernement avait pris la décision de geler les hausses prévues. Preuve de l'amateurisme de ce président, de ce premier ministre, bien contestés aujourd'hui.

Au-delà de la fiscalité, pour sortir de la crise des gilets jaunes, il n’y a pas d’autre voie que « d’engager le dialogue sur ce qui provoque ce malaise », a prévenu Laurent Berger. « On parle de pouvoir d’achat, de logement », mais aussi « des services publics » et « c’est le pouvoir de vivre qui est en question aujourd’hui dans notre pays », a-t-il résumé, avant de lancer : « Rentrons dans un Grenelle du pouvoir de vivre »

« Une augmentation des minima conventionnels »

Le patron de la CFDT a dit attendre du gouvernement « une écoute beaucoup plus forte des revendications qui sont posées par les gilets jaunes mais aussi, depuis des mois, par les organisations syndicales et les associations ».Quant au recours à l’état d’urgence, évoqué samedi soir par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, ce « n’est pas une solution », selon lui. « La première réponse à apporter n’est pas sécuritaire, c’est une réponse de contenu par rapport aux problèmes sociaux (…) Je ne vois pas en quoi l’état d’urgence règlerait le problème », a-t-il insisté.

Par ailleurs, Laurent Berger n’a pas exigé de revalorisation exceptionnelle du Smic, après que le Premier ministre, Édouard Philippe, a écarté mercredi tout « coup de pouce » au-delà de la revalorisation légale du salaire minimum prévu au 1er janvier. « Il faut plutôt aller vers une négociation dans les branches (…) pour une augmentation des minima conventionnels », a-t-il estimé.

"Ce sont les plus modestes et les plus fragiles qui subissent". "Rien ne serait pire que de laisser prospérer une mortifère opposition entre justice sociale et transition écologique. Je suis convaincue que l'un ne pourra jamais aller sans l'autre, d'autant plus que ce sont les plus modestes et les plus fragiles qui subissent, et subiront encore plus si nous ne faisons rien, les conséquences du dérèglement climatique", a déclaré Martine Aubry dans un communiqué publié après une nouvelle journée nationale de mobilisation des "gilets jaunes", marquée des violences et dégradations à Paris.

"Une crise durable du pouvoir d'achat". Le pays "fait face à une crise durable du pouvoir d'achat", que "la politique économique, sociale et fiscale de l'exécutif n'a fait qu'amplifier", a ajouté l'ancienne patronne du Parti socialiste en pointant du doigt le gel des pensions, l'augmentation de la CSG, la baisse des APL et la suppression de l'ISF. L'ex-ministre, qui condamne "les violences inacceptables" de samedi, exhorte le gouvernement "à ne pas choisir la politique du pire et du pourrissement, qui mènerait à coup sûr notre pays vers de sombres horizons".

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner "doit démissionner" et le gouvernement "cesser de s'entêter" sur la hausse des taxes sur le carburant, a estimé dimanche Générations, le mouvement dirigé par Benoît Hamon, ancien candidat du PS à la présidentielle.

"Monsieur Castaner doit démissionner". "La manifestation du 1er décembre a donné lieu à de graves affrontements, et à des scènes quasi insurrectionnelles, au cœur de Paris, notamment sous l'Arc de Triomphe. Le désordre dans la rue est la conséquence directe du désordre qui règne au plus haut sommet de l'État", écrit le porte-parole de Générations, Mehdi Ouraoui.

"Depuis le début du conflit des "gilets jaunes", le Ministre de l'Intérieur attise les tensions au lieu de les apaiser, et expose nos forces de l'ordre aux dangers au lieu de créer les conditions du retour au calme. Après ce énième échec, Monsieur Castaner nommé ministre de l'Intérieur par complaisance et non par compétence, doit démissionner", poursuit-il. "Outre ce geste d'élémentaire respect de nos institutions, le président de la République dois cesser de s'entêter, renoncer à la Taxe Macron faussement écologique et annoncer rapidement des mesures fortes pour le pouvoir d'achat et la justice fiscale qui seules peuvent répondre à la demande d'égalité de nos concitoyens et à la transition écologique", conclut Générations.

Une sorte de fête des voisins déshérités, dont la violence n’est ni exclue, ni obligatoire

Ce soulèvement est-il comparable à la Jacquerie 2.0 que la France connaît depuis plusieurs semaines avec les Gilets jaunes ? Dix-huit révoltes populaires d’importance enregistrées depuis 1624, dont 1789, 1830, 1848, 1871, 1934, 1953, 1968, 1986, 1995, 2003, 2005 : régulièrement, les pêcheurs, les agriculteurs, les routiers ou les Bonnets rouges contre l’écotaxe ont précédé les Gilets jaunes. Mais cette révolte-là semble d’une autre nature. Plus profonde. Plus enracinée. Plus déterminée.

Sans chefs (et les contestant dès qu’ils émergent), friands de réseaux sociaux et de négociations filmées au grand jour, partisans d’une démocratie directe sous contrôle d’un Big Brother social inattendu, les Gilets jaunes semblent avoir réussi ce que les syndicats et les partis les plus contestataires espéraient depuis longtemps : la convergence des luttes. Ni ultradroite, ni ultragauche. Ultrapeuple !

Vapeur. Partout en France, dans ces espaces périphériques qui semblent en fait avoir glissé du mauvais côté d’une frontière invisible érigée entre rentiers et victimes de la mondialisation (ces derniers sans services publics, ni internet haut débit, ni investissements d’avenir…), on croise des blocages, des rassemblements, des affrontements, des dialogues, des citoyens qui inventent au jour le jour ; une sorte de fête des voisins déshérités. Dont la violence n’est ni exclue, ni obligatoire.

Ainsi fuse la vapeur de tant d’années de mépris pour un peuple qu’on avait un peu vite oublié et qui devait, envers et contre tout, s’adapter. Comme si le premier de cordée était en fait seul. Les autres restant accrochés ici et là, mais ne pouvant plus grimper. Et se persuadant, à juste titre, que leurs enfants vivraient moins bien qu’eux. Alliant ainsi la désespérance du moment à la certitude de la régression à venir.

Ce concept de lutte, pour réussir, nécessite aussi des professionnels de la contestation permettant un débouché possible : la négociation ou la révolution.

Mais ce concept de lutte, pour réussir, nécessite aussi des professionnels de la contestation permettant un débouché possible : la négociation ou la révolution. Or cette population de retraités exaspérés, de faibles revenus étranglés, de laissés pour compte périphériques si bien décrits par le géographe Christophe Guilluy ne semble à l’aise sur aucun des deux terrains. Elle souhaite qu’on l’écoute, qu’on l’entende, qu’on la comprenne. Mais pour les revendications, son malaise est patent. Et pour la révolution, elle paraît fort divisée. Elle hésite entre le mouvement de foule violent si bien décrit par Lebon et le rejet de la casse.

Essentiellement pacifiques ou limitant leurs démonstrations de force à la destruction d’outils statiques et symboliques (péages, radars…), les Gilets jaunes sont aussi – parfois à leur corps défendant, mais pas toujours – l’asile d’autres colères et d’autres ressentiments, bien moins présentables. Les pillages de Paris samedi ont bien montré la complexité de la composition des manifestations.

Quelle que soit l’issue de ce mouvement, sa radicalisation sera l’élément majeur de la suite des évènements. Car un processus social génère toujours une génération militante. Une élite anti-élites qui se transforme en fer de lance structuré d’une révolte qui refuse encore de le devenir vraiment. Cette « avant-garde » va naturellement tenter d’obtenir le plus possible. Et si possible tout. Même si l’on peut difficilement percevoir l’importance de la suppression du Sénat avec la baisse du prix du diesel…

Or le gouvernement, souvent par manque d’expérience (à l’exception du message inattendu mais clair émis par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian), a du mal à comprendre le message et surtout à trouver le mode d’emploi. On ne pourra à cet égard que souligner la lucidité désespérée de l’ancien ministre d’État, ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, dont on pourra dire rétrospectivement qu’il l’avait vu venir. Et, de façon un peu sibylline, annoncé. Tout en regrettant qu’il ne soit pas resté à son poste pour gérer au plus près une crise aussi majeure.

Pouvoirs autoritaires. Cette situation ne surprendra que peu les observateurs attentifs des phénomènes des années 1970-1980 qui virent la Guerre froide accoucher d’une paix chaude, marquées par des violents affrontements sociaux et des actions terroristes « rouges » et « noires » qui ne disparurent qu’après la chute du Mur de Berlin.

Un autre italien, Giogio Agamben, a déjà illust

Un autre italien, Giogio Agamben, a déjà illustré les problématiques d’une société en réseau et fortement vulnérable à une classe paupérisée hésitant entre révolte et révolution : « Dans L’Idéologie allemande, Marx consacre plus de 100 pages au théoricien de l’anarchie Stirner, dont il récuse la distinction entre révolte et révolution. Stirner théorise la révolte en tant qu’acte personnel de soustraction, égoïste. Pour Stirner, la révolution, c’est un acte politique qui vise le conflit contre une institution, alors que la révolte, c’est un acte individuel qui ne vise pas à détruire les institutions. Il suffit tout simplement de laisser l’État être, et ne plus l’affronter : il va se détruire lui-même. Marx oppose une sorte d’unité entre la révolte et la révolution. Il cherche l’unité des deux : ce sera toujours pour des raisons égoïstes, pour ainsi dire de révolte, qu’un prolétaire fera un acte directement politique. Je ne dis pas qu’il y a une solution à ce problème, entre les lignes de fuite qui seraient un geste de révolte, et une ligne purement politique. Ni le modèle parti, ni le modèle d’action sans parti : il y a besoin d’inventer ».

Il reste au mouvement et au gouvernement à justement inventer un dispositif qui permette d’écouter, d’entendre et d’agir. Faute de quoi, même essoufflé, le mouvement accouchera de ce qui renforce toujours les partis et les pouvoirs autoritaires : la violence. Et produira donc l’inverse de ce qui est en fait inexprimé, faute de politisation suffisante, faute de corps intermédiaires reconnus, faute d’enracinement citoyen : sa demande de plus de démocratie.

Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire national des arts et métiers, New York et Shanghai.

Gilets jaunes»: le quinquennat est fini

« Depuis 2017, bien des accidents se sont enchaînés de manière analogue: des mots arrogants, une brillante intelligence mais conjuguée à une inexpérience humaine, l’impuissance face au chômage… »

La manifestation des Gilets jaunes, samedi dernier, n’a mobilisé à Paris que quelques milliers de personnes. Forcément : quand on termine le mois avec cinq euros en poche, on ne peut pas prendre le TGV. Les images des « casseurs » n’ont pas pour autant terni ce mouvement populaire, d’où les « minorités visibles » étaient singulièrement absentes.

Frappantes, si l’on peut dire, les images du matraquage d’un retraité sur les Champs-Élysées. Cinq ou six CRS contre un homme, qui fait face, les mains nues et ne recule pas. On connaît les difficultés du maintien de l’ordre. Mais son efficacité n’exclut ni le discernement ni l’humanité.

Ces images éclairent ainsi le divorce entre le Président et les Français. Tout a commencé au lendemain de la victoire d’Emmanuel Macron, par la première réforme majeure du quinquennat : la suppression de l’ISF, si souvent interprétée comme le remboursement, en somme, d’une dette contractée auprès des premiers amis. Une réforme sans contrepartie, faite pour ceux qui paient tous les autres impôts !

Une révolte fiscale naît toujours d’accidents même si, longtemps, elle demeure une sorte de rivière souterraine. La Révolution de 1789 surgit ainsi d’aléas climatiques, dès le printemps 1788 qui noie les cultures sous la pluie. L’hiver est terrible et les miséreux fuient les campagnes pour les villes. Du poids et de l’inéquité de l’impôt émerge, dans la Déclaration des droits de 1789, le principe du consentement à l’impôt, fondement du parlementarisme et du consensus national.

Depuis 2017, bien des accidents se sont enchaînés de manière analogue : des mots arrogants, une brillante intelligence mais conjuguée à une inexpérience humaine, l’impuissance face au chômage, la criminalité, l’islamisme, le désespoir des ruraux, la pression migratoire. Quelques centimes de taxe supplémentaires sur le carburant ont tout révélé du chaos français.

Il y a pire : c’est ce sentiment collectif que le quinquennat est fini mais qu’il va durer plus de trois ans encore, tel un divorce dans la rage qui s’épuise dans les procédures judiciaires. La certitude aussi que le président de la République n’a, au sens strict du terme, plus rien à perdre : situation insupportable que va rythmer un calendrier électoral « plombé » par les difficultés intérieures et l’isolement diplomatique.

«Bien sûr, de nouvelles hausses d’impôts seraient imaginées par les technocrates de Bercy qui ont oublié un principe simple: les gros taux tuent les totaux»

Pour restaurer la paix civile, Emmanuel Macron n’aura guère d’autre choix que de dissoudre l’Assemblée nationale, sanctionnant ainsi une majorité docile mais incapable de défendre et de justifier sa politique. S’il ne se résolvait pas à trancher le nœud gordien, la France resterait un théâtre d’affrontements où la vie économique serait paralysée. La croissance s’affaiblirait, le chômage reprendrait sa progression, les recettes budgétaires ne suffiraient plus à payer une dette rendue plus coûteuse par des marchés financiers défiants.

Bien sûr, de nouvelles hausses d’impôts seraient imaginées par les technocrates de Bercy qui ont oublié un principe simple : les gros taux tuent les totaux.

La roche Tarpéienne est proche du Capitole. Mieux vaut l’urne que le pavé. Mais toujours, le désordre est fils de l’injustice. Et c’est celle-ci qui marque désormais de son sceau un quinquennat né de l’ambiguïté.

Bernard Carayon est avocat, maire (LR) de Lavaur et ancien député du Tarn

Par fegueux.rene, le vendredi 30 novembre à 15h11
b.carayon
c est une excellente analyse de la situation actuelle-je pense qu il faut donner une severe lecon au pouvoir actuel a l occasion des prochaines élections. 

L’ESSENTIEL

  • Le mouvement des « gilets jaunes » ne faiblit pas depuis le 17 novembre.
  • L'exécutif défend mercredi son plan de sortie de crise devant l'Assemblée nationale.
  • Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a invité "les gilets jaunes raisonnables" à ne pas se rassembler à Paris samedi, et a promis d'accroître la mobilisation des forces de l'ordre en France.

A LIRE AUSSI

 

17h13 : Conséquence inattendue des manifestations, le PS repousse l’inauguration de son siège d’Ivry-sur-Seine

Le pot était prévu le 15 décembre. Mais le Parti socialiste ne souhaite pas donner l’impression de « faire la fête » quand les « gilets jaunes » manifestent pour leurs fins de mois, selon l’un de ses porte-parole, Pierre Jouvet.

« On revoit notre calendrier pour ne pas être déconnecté, être au plus près de l’actualité », a confirmé l’entourage du premier secrétaire, Olivier Faure.

16h21 : « Le vrai responsable est à l’Elysée » selon Jacob

15h40 : « Les Français ont besoin de visibilité sur leur avenir, ce ne sont pas des jouets », lance Marine Le Pen

« Ces mesures sont un simple délai. Je demande la suppression pure et simple de ces taxes », a lancé Marine Le Pen après l’intervention d’Edouard Philippe face à l’Assemblée nationale. Edouard Philippe "est dans la droite lignée d’Alain Juppé, droit dans ses bottes, a taclé Marine Le Pen.

15h35 : La déclaration d'Edouard Philippe est à présent terminée

15h29 : « Aux casseurs, je veux dire, nous leur ferons face et nous serons intraitables. Je peux entendre la colère mais pas accepter la violence, et je combattrai toujours la haine »

« Je veux dire d’ici que j’ai entendu l’appel responsable de maires qui appellent les concitoyens au calme. Ce qui est en jeu c’est la sécurité des Français et de nos institutions, des acteurs du débat public. Je lance un appel à la responsabilité. »

15h28 : L’enquête sur le saccage sur l’arc de Triomphe se poursuit

Les auteurs de ces actes seront « sévèrement punis » promet Edouard Philippe.

15h27 : Edouard Philippe revient sur les violences « dont nous avons été témoins »

Il salue les forces de l’ordre dans un premier temps. L’ensemble de l’Assemblée se lève pour applaudir les propos du Premier ministre.

15h26 : Le Premier ministre s’est dit « ouvert à une prime de pouvoir d’achat » proposée par Xavier Bertrand

15h26 : « Le remplacement de l’ISF par l’IFI a été annoncé dans le programme présidentiel »

« Le débat sur l’ISF aura lieu » a toutefois assuré Edouard Philippe.

15h24 : « La question est de savoir comment faire mieux avec l’argent public », lance le Premier ministre

15h20 : « Je suis persuadé que le cap que nous avons fixé en mai 2017 était le bon »

15h19 : « La hausse du SMIC sera de l’ordre de 3 % [en janvier 2019] », a annoncé Edouard Philippe

15h15 : Le gouvernement ne veut ni nouvelle taxe, ni creusement du déficit

15h12 : « Si nous ne trouvons pas les bonnes solutions (en six mois) on ne fera pas cette taxe », annonce le Premier ministre

15h10 : « Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la Nation », explique Edouard Philippe

La suspension des taxes « a pour but de ramener la sérénité dans le pays », a dit le Premier ministre.

15h05 : « Ce débat est l’occasion de regarder la colère en face. Cette colère, c’est celle de la France qui travaille », lance Edouard Philippe à l’Assemblée nationale.

« La démocratie représentative est elle aussi, dans une certaine mesure, contestée par cette colère », déclare Edouard Philippe.

15h00 : Edouard Philippe s'exprime à l'Assemblée nationale

14h59 : Plus d’un Français sur deux modifie ses habitudes d’achat

Plus d’un Français sur deux a modifié ses habitudes d’achat à l’approche de Noël, ou va le faire, en raison du mouvement des « gilets jaunes », selon un sondage Perifem/Opinionway sur le sentiment de sécurité dans le commerce paru mercredi.

Selon cette étude, réalisée les 3 et 4 décembre auprès d’un échantillon de 1.029 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, 56 % d’entre elles « ont déjà modifié leur comportement pour leurs achats de Noël ou comptent le faire suite au mouvement des gilets jaunes et aux violences dans son sillage ».

Ainsi, ils sont 43 % à dire qu’ils vont du coup privilégier les achats en ligne plutôt que dans les commerces physiques.

Selon ce sondage, 30 % des Français affirment s’être moins rendus ces jours-ci dans les magasins en raison des barrages empêchant d’accéder aux commerces, et 29 % par peur d’être confrontés à des scènes de violences.

14h51 : Tous les grands syndicats de salariés nationaux se réunissent jeudi (sources syndicales)

Les numéros 1 des cinq confédérations représentatives des salariés, CGT, CFDT, FO, CFE-CGC et CFTC, ainsi que ceux de l’Unsa, la FSU et de Solidaires, se réuniront jeudi matin à la CFDT, a-t-on appris mercredi de sources syndicales concordantes.

Cette réunion, alors que le gouvernement est englué dans la crise des « gilets jaunes », intervient à la veille d’une première discussion avec les ministres du Travail Muriel Pénicaud et des Transports, Élisabeth Borne, sur les primes mobilité et transport.

14h21 : Macron était prêt à suspendre la hausse des taxes dès la fin novembre

Emmanuel Macron était prêt à suspendre la hausse des taxes sur le carburant dès la fin novembre, avant d’abandonner cette mesure à quelques minutes de son discours, a-t-on appris mercredi auprès d’un pilier de la majorité.

Si le Premier ministre Édouard Philippe a décrété mardi un moratoire de six mois sur ces hausses, le chef de l’État était sur le point de le décider une semaine plus tôt, le 27 novembre, lors d’une allocution à l’Élysée destinée déjà à répondre à la crise des « gilets jaunes ».

« La phrase de la suspension des hausses, elle était dans le discours de Macron mardi » matin, a assuré un cadre de la majorité, confirmant une information du Figaro. Le chef de l’État devait proposer de lancer une concertation et dire : « tant que la concertation n’aura pas donné de résultats, je refuserai toute hausse », selon cette même source.

« Je pense qu’il y avait aussi (la hausse de) l’électricité dans sa tête parce que la hausse de 8 %, elle est aussi explosive », précise ce proche du président.

14h20 : Une petite majorité de Français favorable à l’état d’urgence

Une petite majorité de Français (53 %) est favorable à l’instauration de l’état d’urgence en réponse aux violences des derniers jours, même si le soutien ou la sympathie pour le mouvement des "gilets jaunes" restent très élevés (72 %), selon un sondage Ifop-Fiducial publié mercredi.

L’instauration de l’état d’urgence, réclamée notamment par Laurent Wauquiez et les Républicains, divise l’opinion, selon cette étude réalisée lundi et mardi pour Cnews et Sud Radio : 53 % des sondés y sont très (16 %) ou assez favorables (37 %), contre 47 % qui y sont assez (27 %) ou très opposés (20 %).

Les sondés qui se sentent proches de LREM (74 %) ou des Républicains (67 %) sont les plus favorables à cette mesure. Les sympathisants du Rassemblement national (51 % en faveur) sont beaucoup plus partagés alors que l’approbation est minoritaire chez ceux du PS (42 %) et surtout de LFI (28 %).

14h14 : Macron demande à tous les partis de lancer un appel « clair et explicite au calme »

Emmanuel Macron a demandé mercredi « aux forces politiques et syndicales, au patronat de lancer un appel clair et explicite au calme », a déclaré le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, visant le risque de violences ce week-end liées à la crise des « gilets jaunes ».

« Le moment que nous vivons n’est plus à l’opposition politique mais à la République », a ajouté M. Griveaux, citant le chef de l’Etat, à l’issue du Conseil des ministres.

13h54 : Treize personnes ont été mises en examen dans le cadre des dégradations de l’arc de Triomphe à Paris

Dix d’entre eux sont placés sous contrôle judiciaire. Les trois autres individus mis en examen ont été placés en détention provisoire, selon le parquet de Paris. Plus d'informations à lire ici.

13h25 : Par mesure de sécurité, France 2 a décidé de déplacer le plateau du Téléthon, initialement placé place de la Concorde

L'émission aura finalement lieu en studio.

 

12h53 : Routes et zones commerciales toujours affectées

Sur le réseau autoroutier, Vinci fait toujours état ce mercredi de plusieurs manifestations et barrages, notamment sur l’A9 dans l’Hérault, au niveau des péages de Frontignan, Saint-Jean-de-Védas ou Lunel, sur l’A54 dans le Gard, sur l’A50 à proximité de la Ciotat (Bouches-du-Rhône) ou Sanary-sur-Mer (Var).

Plusieurs entrées de l’A7 sont aussi inaccessibles dans le Vaucluse, notamment à Orange ou Bollène.

Un barrage est signalé à l’entrée de l’A10 à Châtellerault (Vienne), et des manifestants sont rassemblés autour de certains accès de l’A10 et de l’A62 en Gironde et dans le Lot-et-Garonne, ou au niveau du péage de Biriatou à la frontière franco-espagnole, sans toutefois empêcher les véhicules de passer.

L’accès à l’aéroport de Marignane, près de Marseille, était aussi perturbé mercredi matin par "un barrage filtrant", a indiqué l’aéroport dans un tweet.

Dans le Tarn, un cortège rassemblant engins de BTP, tracteurs et véhicules légers a mené mercredi matin une opération escargot depuis Réalmont, en direction d’Albi.

En Dordogne, quelques dizaines d’entreprises de BTP se sont jointes au mouvement pour protester contre la fin programmée de l’avantage comparatif pour le gazole non routier, qui les mettrait en péril.

Des "gilets jaunes" ont également poursuivi les blocages de poids-lourds sur les routes, laissant souvent passer les voitures de particuliers comme dans le Gard ou dans le Lot.

Un peu partout en France, des manifestants continuent d’investir des ronds-points et des zones commerciales, comme dans le Finistère, en Seine-Maritime, à Nîmes autour d’une plateforme Auchan, ou à Lannion (Côtes d’Armor), où des "gilets jaunes" ont bloqué tôt dans la matinée l’entreprise Nokia, selon Ouest France et Le Télégramme.

12h52 : Des dépôts pétroliers toujours bloqués

Aucun camion-citerne ne pouvait quitter mercredi matin le dépôt pétrolier du Mans (Sarthe), bloqué depuis dimanche soir. Des « gilets jaunes » se « relaient » sur le barrage, leur nombre pouvant varier au cours de la journée « d’une quinzaine à 200 », a indiqué à l’AFP un employé de l’entreprise.

Le dépôt pétrolier de La Mède (Bouches-du-Rhône), touché par un mouvement social depuis fin novembre, était bloqué mercredi, selon l’entreprise Total, tout comme celui de Grand-Puits, en Seine-et-Marne.

En revanche, les entrepreneurs indépendants de travaux publics qui bloquaient depuis sept jours les dépôts pétroliers de Lorient (Morbihan) et Brest (Finistère), ont quitté les lieux.

En Loire-Atlantique, des barrages filtrants persistent près de la raffinerie Total de Donges et du port de Saint-Nazaire, selon la préfecture. Les « gilets jaunes » mènent également une opération de barrage filtrant devant la raffinerie du Midi à Dijon, selon un journaliste de l’AFP.

La France compte environ 200 dépôts pétroliers, dont 50 majeurs selon Total.

12h48 : A Bordeaux, le village de Noël de Pey-Berland démonté pour raisons de sécurité

L'installation venait de se terminer, mardi, quand un nouvel appel à manifester des « gilets jaunes » pour samedi prochain, est tombé. La mairie de Bordeaux a décidé, du coup, de procéder au démontage des chalets en bois du village de Noël solidaire de la place Pey-Berland dès ce mercredi matin. Il devait ouvrir vendredi.

Alain Juppé a confié mardi à 20 Minutes sa grande inquiétude concernant les risques de débordement lors de cette manifestation à venir. Des heurts très violents s'étaient déjà produits samedi dernier lors la manifestation des « gilets jaunes », précisément sur cette place Pey-Berland. Alors, pas question de prendre le moindre risque.

12h35 : Le Haut-Rhin va aider financièrement les entreprises perturbées par les blocages

La préfecture du Haut-Rhin va prendre des mesures d’accompagnement économique des entreprises les plus touchées par le mouvement des « gilets jaunes », dont plusieurs sont menacées de faillite en raison des blocages de certaines zones commerciales, a-t-elle annoncé mercredi.

« Pour accompagner économiquement les entreprises des zones perturbées par le mouvement des "gilets jaunes", les services de l’État, la Banque de France et l’Urssaf ont mis en place un premier volet de mesures d’urgence », a indiqué la préfecture dans un communiqué.

12h33 : L’accès au port de Saint-Malo est bloqué par des « gilets jaunes »

 

11h58 : Jean-Baptiste Lemoyne évoque une « forme de totalitarisme »

Le secrétaire d’État a évoqué « une forme de totalitarisme » dans le mouvement des « gilets jaunes », en intervenant mardi soir à Saint-Étienne devant les professionnels de l’hôtellerie et de la restauration.

« On est sur la voie d’une forme de totalitarisme qui ne dit pas son nom et c’est très inquiétant », a affirmé le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

« On voit que ce mouvement n’est pas structuré. Et moi, j’avoue être un peu halluciné, y compris par les menaces que subissent un certain nombre » de ses membres, a ajouté Jean-Baptiste Lemoyne, venu rencontrer les professionnels du secteur lors du congrès national de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) qui s’achèvera jeudi.

« Il y a un moment où pour dialoguer il faut être deux. Donc moi j’en appelle aussi à la responsabilité. Et au fait que, désormais, on a montré qu’on voulait rentrer dans cette logique-là. Et je pense qu’au sein des "gilets jaunes" cette voix doit être entendue », a-t-il ajouté.

11h49 : La situation dégénère à Grenoble, des vives tensions en centre-ville

A Grenoble et dans les villes alentour, la manifestation des lycéens a rapidement dégénéré ce mercredi matin. Après avoir brûlé quelques poubelles et jeter des objets sur la chaussée, une cinquantaine de jeunes, partis de Fontaine, a remonté l’avenue Ambroise Croizat, le long des voies du tramway en direction du lycée Aristide Bergès de Seyssinet.

Là, ils ont commencé à démonter les grilles de l’établissement, relate Le Dauphiné Libéré. D’autres venus de Sassenage se sont dirigés vers le centre-ville de Grenoble en renversant des containers à ordures sur les voies des trams. Certains ont également jeté des oranges abîmées sur les voitures circulant à proximité.

11h38 : Marine Le Pen déplore ne pas disposer de temps de parole lors du débat à l’Assemblée sur le plan du gouvernement de sortie de crise

« Cet après-midi, lors du débat à l’Assemblée nationale sur la crise des "gilets jaunes", aucun temps de parole pour le Rassemblement national, premier parti d’opposition », a dénoncé sur Twitter la présidente du RN, dont l’électorat soutient fortement le mouvement des « gilets jaunes » selon plusieurs études.

Le RN, qui compte six députés à l’Assemblée, n’a pas de groupe politique, ce qui ne lui donne pas de droit automatique à un temps de parole.

Cinq minutes ont toutefois été accordées aux non-inscrits pour ce débat, et c’est au tour du député non inscrit des Pyrénées-Atlantiques, Jean Lassalle, de se les voir accorder. Les non-inscrits doivent « tourner » pour ces prises de parole.

11h19 : Les fédérations CGT et FO appellent à une grève illimitée à partir de dimanche soir

Les syndicats s’opposent à une mesure qui a annulé les dispositions d’un décret de 2016 fixant des majorations de 25 % et 50 % aux heures supplémentaires des chauffeurs routiers.

11h15 : Des dizaines d’établissements toujours perturbés ou bloqués

Plusieurs dizaines de lycées sont perturbés ou bloqués mercredi matin au troisième jour de la mobilisation contre les réformes du gouvernement réactivée dans la foulée de la contestation des « gilets jaunes », selon des sources concordantes.

Les syndicats lycéens comme la Fidl ont appelé les lycéens à maintenir la pression, avant d’intensifier le mouvement jeudi par une « mobilisation générale », davantage par des blocages d’établissements que par des manifestations dans la rue.

Dans la matinée, le ministère de l’Éducation recensait des perturbations, blocages de lycées ou incidents dans plusieurs académies, notamment Marseille et Créteil, deux des points chauds de la mobilisation de ces derniers jours.

11h12 : Un an ferme pour des violences en Ardèche

Deux hommes, interpellés samedi soir lors de heurts en marge du mouvement des « gilets jaunes » au Pouzin (Ardèche), ont été condamnés mardi à 18 mois de prison dont un an ferme, a-t-on appris auprès du procureur de Privas, Pierre-Yves Michau.

« Ils ont été reconnus coupables de violences en réunion sur les gendarmes mais ils ont été relaxés pour participation à un groupement en vue de commettre des violences », a précisé Pierre-Yves Michau.

La condamnation de ces deux hommes, sans antécédent judiciaire, comprend six mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve. Ils n’ont pas été placés en détention à l’issue de cette audience de comparution immédiate.

Le procureur de Privas a annoncé à l’AFP son intention de faire appel de ce jugement.

11h03 : Rencontre d’élus de gauche avec les « gilets jaunes »

Esther Benbassa, Sénatrice écologiste de Paris, et Guillaume Gontard, Sénateur écologiste de l’Isère, organisent ce mercredi une rencontre avec des Gilets Jaunes en présence de Sénatrices et Sénateurs de l’opposition de gauche, peut-on lire dans un communiqué. Les Gilets Jaunes qui ont accepté d’intervenir possèdent des profils variés, témoignant de la diversité de leur mouvement. Ce temps d’échange avec les parlementaires leur permettra de soumettre leurs doléances et revendications, mais également d’instaurer un dialogue avec les élus, précise-t-on de même source.

11h00 : Plus de 200 entreprises dégradées à Paris le 1er décembre

Plus de 200 entreprises ont été dégradées à Paris lors de la dernière journée de mobilisation des « gilets jaunes », le 1er décembre, selon un premier bilan publié mercredi par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI).

« 142 entreprises ont été fortement affectées (vitrines détruites, traces de fumées, magasins "pillés") conduisant dans certains cas à la fermeture de commerces », indique la CCI Paris-Ile de France, dans un communiqué.

« 95 entreprises ont été plus légèrement affectées (vitrines étoilées, fendues ou rayées, tags, jets de peinture, décorations de Noël dégradées) », poursuit la CCI.

10h28 : Quels sont les stations-service touchées par la pénurie de carburant ?

Près de 650 stations-service sont, ce mercredi matin, en rupture, partielle ou totale, de carburant. Le site penurie.mon-essence.fr recense, en temps réel, les stations concernées. On fait le point par ici

10h23 : Gérard Larcher « pas favorable » au rétablissement de l’ISF

Le président du Sénat n’est « pas favorable » à la suppression de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) et au rétablissement de l’impôt sur la fortune (ISF), même si le « dialogue » sur le sujet lui « semble légitime », a-t-il déclaré ce mercredi.

« Je ne suis pas favorable à la disparition aujourd’hui de cette mesure, qui a été le passage par l’impôt sur la fortune immobilière », a indiqué Gérard Larcher sur France Inter.

« Si l’évaluation démontrait que cet impôt n’est autre chose qu’un sparadrap pour parler à l’opinion publique, rien n’est impossible. Mais je ne crois pas que ce soit une bonne solution », a-t-il insisté.

10h21 : Schiappa se dit prête à « proposer de rétablir l’ISF » après l’évaluation du dispositif

La secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes est prête à proposer de « rétablir l’ISF » si les évaluations du nouveau dispositif qui le remplace ne sont pas concluantes, selon un communiqué de son cabinet publié ce mercredi.

Dans ce communiqué reprenant les propos qu’elle a tenus la veille lors d’une émission de France 3 consacrée aux « gilets jaunes », la ministre défend une « position personnelle sur l’ISF » : « Nous allons évaluer la transformation de l’ISF en IFI » (impôt sur la fortune immobilière), et « si l’évaluation montre que des capitaux ne sont pas suffisamment injectés dans l’économie française, je proposerai de rétablir l’ISF ».

« Ce matin, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, annonce que c’est désormais la position officielle du gouvernement », souligne le communiqué.

10h18 : Le blocage levé aux dépôts pétroliers de Brest et Lorient

Les dépôts pétroliers de Brest et de Lorient vont de nouveau pouvoir être ravitaillés ce mercredi. Mardi en fin d’après-midi, les entrepreneurs indépendants de travaux publics et les « gilets jaunes » ont levé le blocage des dépôts après les annonces du Premier ministre Edouard Philippe. C’est le dépôt pétrolier de Brest, bloqué depuis une semaine, qui a d’abord été libéré mardi après-midi avant celui de Lorient en fin de journée.

A court terme, la levée du blocage devrait permettre un retour à la normale dans les stations-service de la région où la pénurie des carburants commençait mardi à gagner du terrain, notamment dans le Morbihan et les Côtes d’Armor, après avoir démarré lundi dans le Finistère.

10h16 : Dépenses, découvert… Ce calcul sur le coût de la vie d’un « gilet jaune » est-il exact ?

Un post Facebook dénonce le coût de la vie pour un « gilet jaune » qui gagne 1.200 euros par mois avec une famille à charge. Notre service « Fake off » le décrypte par ici.

citoyenneté active-démocratie partticipative

fondent notre action impulser les changements rendus nécessaires par l’évolution de notre société

La nouvelle société

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

2021.jpg

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

FranceWebAsso, des espaces numériques ouverts à tous. Société du Savoir> Choisissez l'Excellence

COMMUNICATION EVOLUTION

EXPERIENCE DIFFERENT  

RACONTEZ VOTRE HISTOIRE

Un outil de travail et de réflexion  à utiliser en groupe

 

MyBookmarks, FranceWebBack

 

Lire la suite

Diversité et inclusion

 

Lire la suite

Les gilets jaunes ou la confusion des modèles mentaux dans un mode qui change.SocSav21 "Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble,Utopies pour après-demain« Comment réussir dans un monde d’égoïstes »

Les gilets jaunes ou la confusion des modèles mentaux dans un mode qui change

par Philippe Silberzahn

J'observe le mouvement des gilets jaunes avec fascination et je ne peux m'empêcher de voir à quel point il fait voler en éclat nos modèles mentaux, c'est à dire la façon dont nous expliquons le monde. Je m’intéresse au changement, ou plutôt à la difficulté de changer, et comme la plupart des observateurs, et même […]

Un vent nouveau sur l’écriture de l’histoire.T3,T2,T1,RACONTEZ VOTRE HISTOIRE,“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”Archive PVC,Raconter la Vie ! Le monde au XXIe siècle

Dipl.Ing.StefanV.Raducanu veille pour vous: économie,technologie, societal

UNE VAGUE D'INSPIRATION

''NewsCenterNavigator''

Je pense que je peux donner de l'énergie aux gens grâce à ce que je fais.

C'est fantastique et je veux continuer de le faire.

2 maini.jpgImaginez ce que nous pouvons faire ensemble

Raconter la Vie ! La solution: le texte (la sagesse).T1,T2,T3,

PoissySmartCity, La force de la proximité

veut soutenir le partage constructif de connaissances, expériences et opinions, faciliter la création d'une mentalité ouverte, sans conditionnements et préjudices tout en renforçant la participation et la démocratie… …donner l'occasion de connaitre, comprendre et apprendre, en faisant d'une société cosmopolite une occasion concrète d'enrichissement continu, personnel et collectif.

Chercher des racines communes, trouver des langages commun, renforcer un projet communautaire. Faire croitre dans le peuple européen une plus forte identité collective et rendre les gens plus conscient et actifs. Valoriser les individus et les faire devenir les vrai protagoniste d'un progrès sociale cohésif et soutenable. FranceWebAsso est au travail!

Le contexte… La plus grande partie de la population mondiale ressent la crise économique quon traverse. Le mécontentement des gens contre le système ce multiplie et on demande des réponses aux institutions.

Cest là que la société civile sorganise, en cherchant d être un collecteur de demandes et un promoteur de réponse aux besoins sociaux des citoyens. Un lien entre les personnes et ce qui les gouverne, un trait dunion, un important facteur de cohésion sociale dans une Europe qui est à la constante quête de son identité.

Pourquoi lEurope LEurope est un continent qui à fait de l'intégration entre peuples et cultures son projet de développement. Cette entité est et peut être encore plus un exemple de dialogue, de paix et de solidarité après des siècles de guerre. Mais beaucoup reste encor à faire…

Cest en multipliant les espaces interculturels, en informant, connaissant, apprenant, échangeant, construisant, quon aura une toile internationale toujours plus soudé. Le projet dEurope unie sachèvera quand on aura des citoyens international et, en plus grande échelle, des citoyens du monde feront un monde plus unie. Une éteincelle qui part du haut, qui rebondit du bas et qui se propage dans le futur.

Une réalité à dimension humaine, un village global en miniature qui vit dans son quotidien l'expérience concrète de la rencontre culturelle et qui peut devenir une plateforme pour l'exportation d'un modèle de cohabitation. Ce petit Etat à un lun des plus haut pourcentage détranger au monde et crée, jour par jour, des vrai prototypes de citoyens européen et du monde. Quels sont not projets: Collaborer!

SocSav21>Beau,Bien,Bon >Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing>C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous>

La Toile favorise la réinvention des liens sociaux

La qualité contre la quantité

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover

« Donnant-donnant »

FranceWeb,e-GlobalNetWork® is the largest sociotechnical system humankind has ever seen. It has changed the way we interact, learn and innovate. Almost daily it appears to change, improve and increase its hold on us.In fact , it has been created for anyone interested in virtual worlds and social networks whether commercialy, because you want to explore the possibilities such environments present, or for academic curiosity. It is the result of a major collaborative effort by members of the same business faculty, to identify and define solutions for the most frequently occuring issues and problems for small, medium and large businesses as well as for non-profit organisations.

Nouvelle société du SAVOIR,

Groupe d'intérêts: Le citoyen, L'électeur, Le travailleur, Le consommateur

Le monde au XXIe siècle

Un monde à soi. Nous vivons sous le même ciel, mais notre compréhension du monde n’en est pas moins toujours située. Stefan et Madeleine Raducanu réfléchissent aux conditions d’une appropriation commune des savoirs, qui déjoue leur inégale circulation.

À l’âge de la mondialisation, comment écrire une histoire ouverte sur le monde, sur ses échanges, ses circulations, ses rencontres ? Contre l’européocentrisme ou le repli national, il convient d’expérimenter de nouvelles manières de penser et d’écrire l’histoire.

Utopies pour après-demain

FranceWeb a demandé à ses chercheurs Stefan et Madeleine Raducanu d’imaginer le monde d’après-demain, en mêlant librement diagnostics, désarrois, solutions, espérances, toute la palette de l’inventivité et de l’optimisme, tout le registre des possibles.

Louis-Sébastien Mercier dans L’An 2440, Jules Verne dans Paris au XXe siècle, George Orwell dans 1984 ont tenté d’imaginer le monde dans les décennies et les siècles à venir. D’autres, comme Fourier ou Cabet, ont tenté de concevoir, en des termes étonnamment précis, une société plus harmonieuse d’où l’exploitation et la souffrance seraient bannies. Ces écrivains et ces philosophes ont souvent été des visionnaires, anticipant le développement tentaculaire des métropoles et du trafic automobile, le règne de l’ordinateur, ou encore la société de surveillance. Nombre d’utopies (le suffrage universel, l’abolition de l’esclavage, l’émancipation des femmes, le droit à l’éducation et à la protection sociale), qui souvent laissaient leurs contemporains incrédules, ont alimenté les aspirations démocratiques au cours des deux siècles passés. Ce qui continue d’éveiller notre intérêt, c’est l’effort d’anticipation, d’arrachement au présent, couplé à une inquiétude sur le monde tel qu’il va et à une volonté d’améliorer la condition humaine. C’est, en d’autres termes, l’invention d’une utopie raisonnée. Unis par la volonté de s’affranchir du pessimisme et de la résignation qui brident l’imagination politique contemporaine, les textes de ce dossier sont de deux ordres : les uns anticipent le monde d’après-demain, les autres se présentent comme des récits rétrospectifs, écrits en 2002, des mobilisations qui se déploient sous nos yeux.

Les utopies d’aujourd’hui constitueront sans doute la matière des livres d’histoire de demain.

PoissySmartCity,Pour la WebScience,Le PisciacaisDipl.Ing.StefanV.Raducanu,créateur PoissyWebNumérique,Ces nouveaux défis sont autant d'opportunités pour vous, L’imaginaire social constitue l’enjeu premier de la culture numérique.

0GR3TXHD_400x400SR.jpgRéanimer l’engagement citoyen>> Histoire d'un projet>PoissyWebCitoyen>SmartCity>Ville Connectée:L'objet de ce projet "c'est la nature humaine, non un héros individualisé">"Les héros, ou simplement les gens bien, Nous en avons besoin !"

Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible. Antoine de Saint-Exupéry

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover « Donnant-donnant »

Parce qu’une économie de la connaissance est une économie de l’innovation, elle se place en rupture par rapport aux anciens schémas pour proposer un modèle de société créative, responsable et solidaire. Une économie de polarisation des savoirs et des liens sociaux pour cultiver tous les maillages possibles au développement d’un écosystème harmonieux et durable.

« Comment réussir dans un monde d’égoïstes »

Chaque choix que nous faisons correspond à la satisfaction d’un besoin à l’instant T. Nous prenons des décisions en fonction de ce qui nous semble être le mieux pour nous au moment où nous les prenons. Mais la vie est un mouvement, une évolution constante. Ce qui était valable hier ne l’est peut-être déjà plus aujourd’hui, alors demain ?

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

2021.jpg

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"

 

 SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Mutualisons nos connaissances pour imaginer, créer et innover

« Donnant-donnant »

Parce qu’une économie de la connaissance est une économie de l’innovation, elle se place en rupture par rapport aux anciens schémas pour proposer un modèle de société créative, responsable et solidaire. Une économie de polarisation des savoirs et des liens sociaux pour cultiver tous les maillages possibles au développement d’un écosystème harmonieux et durable.

Avec le n°1 mondial de la collaboration en ligne

21centurywebarchive,a day in the world of francewebasso,a propos du réseau,about sru,about us,accueil,agregator,ailleurs sur le web,alertinfo,amour,annonces,annonceurs,archive 21 siècle,archiveweb21,art de vivre,articles,blog,bonheur,bonheurologie,bonjour stefan de franceweb,bookmarks,citations,coach,collaboratif,collections,consulting,culture,data,digital,dipl.ing.stefan v.raducanu,entreprendre,entreprise,e-global,events,...,exposants,faisons connaissance,femmes,forum,france,franceweb sur facebook,franceweb,e-globalnetwork,francewebagency,francewebasso,initiatives,innovation,international,internet,invitation«La terre est notre Communauté virtuelle»

La logique vous mènera d’un point A à un point B. L’imagination vous emmènera partout. Albert Einstein

 Les technologies numériques réinventent notre société en investissant progressivement tous les domaines de notre vie quotidienne et tous les secteurs de l'économie. De l'innovation médicale à la mobilité, en passant par la communication, l'industrie, la sécurité, le traitement de l'information, le développement des loisirs... le numérique est partout, révolutionnant nos manières de produire et d'interagir avec notre environnement....

S’adapter, adapter et faire adapter, tels sont les mots d’ordre du nouveau contexte. Dans cette évolution, c’est le monde qui se transforme lentement mais sûrement en interface généralisée au numérique.

3ALWD1.GIF3ARWD1.GIFBringing People Closer Together

Sensibiliser, informer, promouvoir...

Groupe d'intérêts.jpgPour Vous et avec Vous!

Un projet ambitieux, humain, imaginatif, hors normes, réunit 3 pôles et sera tourné vers une approche de bien-être collectif et individuel, grâce à son architecture, à l'intégration de la nature et aux services proposés. Laisser les groupements d'opérateurs faire preuve d'imagination. Même s'il s'agit d'un exercice difficile, nous invitons les groupements à laisser libre cours à leur imagination tout en leur demandant d'intégrer ce modèle de société. Les conflits d'autorité et de légitimité, tout comme les pratiques émanant du code, nous incitent à trouver une autre voie. C'est bien  là le projet d'un humanisme numérique.

C’est ainsi que la sociabilité numérique est une nouvelle façon de faire société : lecture automatique de soi (en fonction des catégories du profil et de ses modulations), l’identité se construit dans un échange entre fragments discursifs et actions en réseau. Des interventions, des associations, des rapprochements, des rencontres fortuites, portées par les similarités et les liens de parenté d’un type nouveau, entre catégories et position sur un réseau et finalement des formes d’association productrices de sens et de pertinence, ce sont les particules élémentaires de l’identité numérique. Et cette identité appelle une autre manière d’informer et de former.

SocSav21,FranceWeb,Solidage verge d'or,  1n

La nouvelle société du Savoir

"Un pour Tous".."Tous pour Un".."Chacun pour Soi"  1N

Pourquoi FranceWebAsso.ppt

 

 

La France ne doit pas faire un complexe d'infériorité dans le numérique.

 

Un univers de possibilités

 

FranceWebAsso: C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Nous (...) proclamons notre volonté et notre détermination communes d’édifier une société de l’information à dimension humaine, inclusive et privilégiant le développement, une société de l’information, dans laquelle chacun ait la possibilité de créer, d’obtenir, d’utiliser et de partager l’information et le savoir et dans laquelle les individus, les communautés et les peuples puissent ainsi mettre en œuvre toutes leurs potentialités en favorisant leur développement durable et en améliorant leur qualité de vie, conformément aux buts et aux principes de la Charte des Nations Unies ainsi qu’en respectant pleinement et en mettant en œuvre la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. »

Dans cette perspective, les politiques visant au développement de la société de l’information doivent être axées sur les personnes, d’après leurs besoins et dans le cadre des droits humains et de la justice sociale .

En d’autres termes, selon cette deuxième optique, l’essentiel n’est pas « l’information » mais la « société ». Alors que la première optique fait référence aux données, aux canaux de transmission et aux espaces de stockage de l’information, la deuxième évoque les êtres humains, les cultures et les formes d’organisation et de communication. L’information est déterminée en fonction de la société, et non pas l’inverse.

Et cette identité appelle une autre manière d’informer et de former.

Partagez ce qui vous inspire :

Brisez la routine et faites quelque chose de différent aujourd'hui, cela vous fera du bien.


« Le pouvoir de l’imagination nous rend éternel »

Vous avez le choix d’envisager les choses autrement !

Une pensée, qu’elle soit positive ou négative, constitue pour nous la réalité, et elle a donc tendance à se réaliser. Les personnes qui réussissent et qui atteignent leurs objectifs sont celles qui s’autorisent à imaginer «l’après» de manière positive, ce qui, par conséquent, le rend possible. Ce que l’on nomme «la prophétie auto-réalisatrice» s’applique donc parfaitement au développement personnel, et c’est bien l’imagination qui en est le moteur. 

La clef est en vous : c’est votre imagination.

COMMUNICATION EVOLUTION

EXPERIENCE DIFFERENT  

RACONTEZ VOTRE HISTOIRE

“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

MyBookmarks, FranceWebBack

 

Lire la suite

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu