Avertir le modérateur

29/11/2017

Un pari réussi pour Jupiter, qui n’était pourtant pas en terrain conquis Car partout dans le monde existent des foyers où les hommes luttent pour plus de liberté, plus de dignité, plus de justice, plus de bonheur »

Vecteur d'émotions, de savoirs, de rencontres et de partages,FranceWebAsso contribue à nourir le lien social, la réflexion, l'ouverture et la tolérance dans notre société,Connecter,Trouver,Lire,Communication,Exposants,Partenaires« Oser inventer l’avenir »

FranceWebAsso, numériques des lumières, UN MONDE MINIATURE pour vivre comme les grands, Société du Savoir, Un univers de possibilités, Encourager le partage de savoirs, d'être au monde et de le voir.

« Amitié pour agir »« Oser inventer l’avenir »..en mobilisant tous les partenaires...La diversité pour nous c'est la promotion de tous mais au niveau de l'excellence.« Il faut changer les regards que nous avons l’un sur l’autre »

FW-pour-vous-et-avec-vous.gif

Les numériques des lumières se construit avec Vous !

Encourager le partage de savoirs, d'être au monde et de le voir.

UN MONDE MINIATURE...jpgFranceWebAsso, numériques des lumières, Créer un monde auquel chacun souhaite appartenir>Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance: changer le monde, faire avec l’inertie des usages, faire avec les craintes, faire avec l’utilisateur-consommateur convaincu de sa maturité numérique.

On s'est amusés en créant un espace.jpgOr comprendre, c’est écouter....FranceWebAsso 

Société du Savoir Groupe d'intérêts.jpg

 20150119_111926.jpg3smartphones.jpeg

Un univers de possibilités

 

Imaginez un monde dans lequel chaque être humain peut librement obtenir et partager des connaissances. Ceci est notre engagement.

 

FranceWebAsso : C'est Moi, C'est Vous, C'est Nous !

 

C'est notre capital !

Avec tout ça, on est partout chez nous..jpg

Encourager le partage de savoirs, une nouvelle manière d'être au monde et de le voir.

Réalisez tous vos projets sans stresser...jpgPrivilégier l'esprit d'équipe, le partage des savoir-faire et la solidarité, à la fois en interne et dans nos partenariats.
Mettre chacun en situation de réussite. Contribuer par la qualité individuelle à la performance commune.

Services uniques à la pointe pour que vous soyez plus compétitif.

Préparer le capital humain dans l'économie de la connaissance est primordial pour notre pays dans l'avenir. Rénover la démocratie.

Prenez nos idées.jpg

IMPLIQUER TOUS LES CITOYENS DANS LA SOCIETE DE L'INFORMATION

La planète est notre village !

Créateurs d'ambiance.jpg“Fouille en dedans. C'est en dedans qu'est la source du bien et elle peut jaillir sans cesse si tu fouilles toujours.”

Making a better Internet > I AM, YOU ARE, WE ARE HAPPY in...

bonheur,tranquillité,sagesse,sérénité,art de vivre,srweb,rsweb,sruelectronics,francewebasso,rstefandefrance,articles,agregator,stefanraducanublogueurStefan de La Tournelle-PoissySmartCity

Delivers what You need...

''NewsCenterNavigator''

 All global sources in one app!  Newspapers, Radio, Tv, in local, regional, national , international . A quick way to browse and read Global News.

 LOCAL -  REGIONAL -  NATIONAL -  INTERNATIONAL - ACTION

 WEB PAGES, NEWSPAPERS, ARTS, ARTICLES, NEWSGROUPS, BLOGS, BRIEFING, BUSINESS, CULTURE, ECONOMIY, ENTREPRENEURS, EDUCATION, FINANCE, IDEAS, HEALTH, MARKETS, LEADERSHIP, LIFE, LIVING, MULTIMEDIA, OPINION, SPORTS, TECHNOLOGY, TECH, WORLD, WHEATHER,  POLITICS,  PUBLIC DATABASES, MAILING LISTS AND MORE...

A Day in the World....      Discover the World !

News You Can Use At Your FingertipsIs Just A Click Away !

"Live, enjoy, invest, follow the guide"

NewsCenter for everyone

SRU-Electronics

Stefan V. Raducanu, Président FranceWebAsso

Un blog pour explorer le futur !!!

Des Hommes - Des Entreprises -Des Technologies

Un blog pour changer d'époque !!!!!

Comme le siècle des lumières a pu célébrer en son temps la liberté et remettre l’Homme au cœur de sa propre histoire, la DSI a un rôle clé à jouer pour mettre l’humain au cœur de ce qui chaque jour, règle davantage nos vies professionnelles et personnelles. C’est la condition pour créer un monde pensé pour les hommes et non pour les machines. C’est la condition pour construire un numérique des lumières.
 
Agilité, culture, générations, mutations, talents.... Défis et réponses

FRANCEWEB un instrument d’intelligence collective ! 

Une attitude face à Internet, aux bases de données, à l'accès à l'information.

Une attitude face au progrès et à l'avenir.

FRANCEWEB, c'est aussi l'ambition de transformer une masse de données brutes en information facilement accessible et exploitable par tous , en tout point du globe, quelle que soit la langue utilisée.

FRANCEWEB, c'est enfin la certitude de contribuer à intégrer chacun dans un  monde d'information  réellement partagée.

FRANCEWEB n'est pas seulement un portail, un annuaire, un moteur de recherche, une communauté virtuelle, un forum, un site de marques, simple interface, ou un magnifique outil de marketing personnalisé...C’est tout en un. C’est un état d’esprit…Réussir l’impossible.

Le but d’aider au développement durable par les T.I.C. au travers de la société en réseau et de l’économie de la connaissance.

Son objectif est de faciliter échanges et réflexion prospective, aux niveaux français, européen et international, dans les domaines de la science, de l’industrie et de la culture. Egalement de mettre en place une nouvelle culture entrepreneuriale et à faire de la France  un laboratoire du futur.

PUBLIC CONCERNÉ

Responsable RH, Responsable fonctionnel, Responsable de formation, Directeur Organisation, Directeur d'unité, Responsable Veille & Intelligence Economique, Responsable d’Equipe R&D, Chef de projet SI et KM, Responsable de la Fonction Publique et des Collectivités Territoriales, Responsable intranet et Webmestre senior, les entreprises, les organismes financiers, les consultants, les représentants des collectivités locales aux institutions diverses, les porteurs de projets, les instances régionales, nationales et européennes  , entrepreneurs, représentants d’usagers, citoyens  de villes, de régions de différents parties du globe.

Mission

Développer des réseaux de savoirs

Accroître les compétences 
Valoriser l'économie

Réinventer un monde plus collaboratif en devenant un e citoyen.

Réseau d'innovation territoriale pour les services de proximité.

fondé sur l'importance de la démocratie, de la collectivité et de l'échange d'information.

Vecteur d'émotions, de savoirs, de rencontres et de partages, FranceWebAsso contribue à nourir le lien social, la réflexion, l'ouverture et la tolérance dans notre société. Un rôle d'autant plus essentiel dans le contexte tourmenté qui est le notre, entre marasme économique, tentation du repli sur soi et tragiques déferlements de violence. D'une qualité, d'une diversité et d'une ambition remarquable, s'adressant à tous les publics, elle fait honneur à notre statut de pôle incontournable. Un pôle qui n'entend pas se reposer sur ses lauriers et bien au contraire continuer à nourrir des ambitions de premier ordre, en mobilisant tous les partenaires...La diversité pour nous c'est la promotion de tous mais au niveau de l'excellence.

Car partout dans le monde existent des foyers où les hommes luttent pour plus de liberté, plus de dignité, plus de justice, plus de bonheur », disait un jour Thomas Sankara.

« Oser inventer l’avenir »

Points communs entre Che Guevara et Thomas Sankara

Le silence coupable de la France

Liens Utiles
VISITE DE MACRON AU BURKINA : On n’aime pas l’impérialisme, mais on aime l’argent des impérialistes

DISCOURS DE MACRON A OUAGA : Il est venu, il a parlé, et après ?

VISITE DE MACRON AU BURKINA : Les grandes lignes du Discours de Ouagadougou

SOMMET UA-UE D’ABIDJAN : Les rencontres se suivent et se ressemblent

Dernier de webmaster

Autres articles

 

 


Assassinat de Thomas Sankara : 30 ans après, ce que disent des archives françaises

Publié le mardi 14 novembre 2017

Qui a tué Thomas Sankara ? La France est-elle impliquée dans cet assassinat ? il y a une évidence. De l’intérieur, au Burkina Faso, c’est Blaise Compaoré qui a commandité le meurtre du président du Conseil national de la révolution. Mais de l’extérieur, le mystère reste total sur ceux qui voulaient l’élimination du capitaine révolutionnaire. Au niveau africain, les indices mènent au père fondateur de la république de Côte d’Ivoire, Félix Houphouët-Boigny, vu par beaucoup de jeunes africains comme le valet local de la France en Afrique occidentale. En Occident, ils conduisent à l’ancienne puissance coloniale, sur le banc des accusés depuis les premières heures du drame. Des soupçons renforcés par de nouveaux éléments.

Mars 1987. Le pouvoir de Thomas Sankara inquiète davantage la France à cause de son caractère indépendantiste et ses positions anti impérialistes tranchées qu’il affichait depuis la révolution d’août 1983. « Les analystes militaires français jettent un regard nettement plus critique sur le Burkina », révèle notre confrère de RFI, Michel Arseneault. Ce dernier a dépouillé des dizaines d’archives du ministère français des affaires étrangères de 1984 à 1988 auxquelles il a eu accès. Des télégrammes diplomatiques et des notes « confidentiel défense ». Dans un document non signé, le Secrétariat général à la défense, un service du premier ministère, craint un effet de contagion de la révolution burkinabè en Afrique de l’Ouest, surtout en Côte d’Ivoire : « Les colonies burkinabè émigrées sont d’ores et déjà les plus acquises à la révolution et propageraient celle-ci - avec ses nouveaux mots d’ordre - dans leur pays d’accueil ». La communauté burkinabè vivant dans ce pays est même qualifiée de « plus dangereuse » par cette note anonyme. Au même moment, le chef des Affaires africaines et malgaches, Michel Chatelais, insiste sur la nécessité d’entretenir de bons rapports avec le jeune président que l’on dit « bouillant ». Sankara représentant les « aspirations de larges couches de la jeunesse africaine », réussir les relations avec lui comporte un enjeu qui va au-delà de la stricte coopération franco-burkinabè, écrit-il dans un document révélé par Michel Arseneault. Quatre mois plus tard, en juin, dans une autre note « confidentiel défense » titré Burkina Faso : est-il trop tard ?, le Secrétariat général à la défense craint le pire au regard de la popularité de Thomas Sankara et de sa révolution. Il revient alors à la charge en s’interrogeant : « Peut-on espérer en contenir les effets régionaux si cette révolution s’écarte des normes acceptables ? ». Selon Michel Arseneault qui a épluché ce document, son auteur explique que le régime de Sankara est en train de se transformer en une démocratie populaire d’inspiration soviétique, avec une place « très particulière » qui se dessine au profit de l’URSS et que les services de sécurité burkinabè « risquent de passer dans les mains de spécialistes de pays de l’Est ». Cet analyste militaire, poursuivant son raisonnement, argumente que la révolution sankariste « pourrait apparaître sous peu comme un modèle pour bon nombre de peuples ». Selon lui, au Mali les Soviétiques pourront faciliter « l’émergence d’un émule du capitaine Sankara dès lors qu’ils auront pénétré les rouages de l’appareil burkinabè ». Au Niger, « l’émergence d’un jeune officier « sankariste » n’est plus totalement à exclure ». En Côte d’Ivoire Félix Houphouët-Boigny « adopte le ton du capitaine Sankara » quand il s’agit de dénoncer « le rôle des grandes places boursières dans la chute du cours des matières premières ».
Selon l’enquête de Michel Arseneault, il ressort dans les archives du Quai d’Orsay que 48 heures après l’assassinat de Thomas Sankara, Blaise Compaoré a exprimé au diplomate français Stéphane Catta, sa volonté de se rapprocher de la France. Il dévoile à l’ambassadeur français au Burkina, Alain Deschamps, le principe qui doit désormais gouverner les rapports entre Ouagadougou et Paris : « Ni paternalisme ni complexe de révolté ». Paris se réjouit alors de sa « politique d’apaisement ».
En plus de la France, la Libye du colonel Kadhafi et la Côte d’Ivoire de Félix Houphouët-Boigny sont citées comme ayant, soit commandité soit soutenu la tuerie du 15 octobre. Cependant, d’après Michel Arseneault, les archives du ministère français des affaires étrangères donnent peu d’informations par rapport à l’implication ivoirienne. Toutefois, rapporte-t-il, début octobre, 15 jours avant l’assassinat de Thomas Sankara, Blaise Compaoré a eu un tête-à-tête à Abidjan avec le père de la nation ivoirienne. La fin brutale du président en treillis était-elle à l’ordre du jour de leur entrevue ? Ni l‘enquête de notre confrère ni une autre source n’a pour le moment permis de répondre à cette question. L’on sait par contre que entre le vieux et le jeune capitaine, l’amour n’était pas au beau fixe. Leur désaccord a été rendu public pour la première fois à Niamey, la capitale du Niger, lors d’un sommet de la Communauté Economique de l’Afrique de l’Ouest (CEAO), devenue plus tard UEMOA, raconte Michel Arseneault. Nous sommes au 29 octobre 1983, environ deux mois après la prise du pouvoir par Thomas Sankara. La pomme de discorde ? Selon les règles propres à l’institution, c’est au tour du Burkina d’assumer la présidence tournante. Houphouët-Boigny s’y oppose. Il traite Sankara de « gamin » et de « mal élevé ». Celui-ci lui retourne le coup : « Et vous, vous êtes un vieux gâteux ! ».
Par rapport à l’implication libyenne, les informations se contredisent. Au Quai d’Orsay, certaines sources révèlent la complexité des rapports entre le président du Conseil national de la révolution (CNR) et le père de la Jamahirya libyenne, évoquant même des relations tendues entre les deux hommes. D’autres en revanche voient la révolution sankariste comme étant d’inspiration kadhafiste.

Le silence coupable de la France

Questionner la responsabilité de la France dans l’assassinat de Thomas Sankara dérange toujours chez ses autorités et hauts dignitaires. Chez eux, le silence a encore valeur de loi. Les rares personnes qui acceptent s’exprimer sur la question optent de rester dans l’anonymat. Des attitudes qui interrogent sur le rôle réel de l’ancienne puissance coloniale dans ce crime et qui ne permettent pas d’écarter les soupçons sur son implication. À cela s’ajoute le refus de Paris d’ouvrir ses archives sur les années Sankara, ouverture qui porterait atteinte au secret d’Etat. Le Code français de patrimoine dispose en effet que les documents susceptibles de porter « atteinte au secret de la défense nationale, aux intérêts fondamentaux de l’Etat dans la conduite de la politique extérieure, à la sûreté de l’Etat, à la sécurité publique, à la sécurité des personnes ou à la protection de la vie privée », ne peuvent être accessibles au public que 50 ans après leur création. En l’espèce, dans l’affaire Sankara il faut encore 20 ans de plus pour avoir accès aux archives. La commission rogatoire lancée auprès de la justice française en octobre 2016 par le juge burkinabè François Yaméogo, chargée de l’enquête, demandant la levée du secret défense, est restée sans suite. Le 1er février 2017, la veuve Sankara a, dans une lettre, demandé à l’ancien président François Hollande de permettre à la justice burkinabè d’avancer dans le dossier. Un courrier auquel le Chef de cabinet du Quai d’Orsay, Yann Delaunay, évoquant le principe de séparation des pouvoirs pour justifier l’incompétence de son ministère à intervenir, répond en ces termes le 20 mars : « Soyez assurée que les ministères qui seraient sollicités dans le cadre de la procédure judiciaire y coopéreront pleinement par la mise à disposition des documents demandés et moyennant, pour les pièces qui l’exigeraient, la mise en œuvre de la procédure légale en matière de déclassification ». Interpellé à l’aéroport de Ouagadougou sur le sujet lors d’une visite officielle du 22 au 24 mars 2017, le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolonne, a exprimé la disponibilité de son pays à répondre aux sollicitations de la justice burkinabè. Mais rien de concret à ce jour. Le 5 mai 2015, une trentaine de députés du Conseil national de la transition avaient demandé aux élus français d’ouvrir une enquête parlementaire sur l’assassinat de Thomas Sankara. Leur lettre est intervenue plus de 5 ans après celles d’avril et juin 2011 de députés burkinabè sous l’égide du Chef de file de l’opposition politique d’alors, Me Bénéwendé Sankara. Encore silence ! Le 10 juin 2010, une proposition de résolution visant à créer une commission d’enquête parlementaire au parlement français sur les événements du 15 octobre 1987, renouvelée le 5 octobre 2012 des députés du Front de Gauche et des Verts attend toujours d’être inscrite à l’ordre du jour. Toutes ces démarches, c’est sans compter les actions du Réseau international justice pour Sankara justice pour l’Afrique, en collaboration avec diverses associations qui sont aussi restées lettre morte du côté de la Seine.

Par Gaston Bonheur SAWADOGO

Points communs entre Che Guevara et Thomas Sankara

Aimés et haïs en même temps, Ernesto Che Guevara et Thomas Sankara ne laissaient personne indifférente. Tous deux révolutionnaires, ces hommes ont laissé au monde un idéal et une image qui résistent au temps. En témoigne la pléthore d’ouvrages, de documentaires et d’articles, de débats qui leur survivent et de jeunes qui s’identifient à eux. « Che Guevara pour nous n’est pas mort. Car partout dans le monde existent des foyers où les hommes luttent pour plus de liberté, plus de dignité, plus de justice, plus de bonheur », disait un jour Thomas Sankara. 30 ans après sa mort, le leader de la révolution d’août 1983 est devenu un symbole d’intégrité et de la lutte anti impérialiste pour la jeunesse à travers l’Afrique et le monde. Bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés, Ernesto Che Guevara a servi d’exemple à Thomas Sankara qui s’est inspiré de ses idées pour sa révolution. Le moins que l’on puisse dire c’est que ces deux hommes se ressemblaient sur bien des points. En effet, tous deux révolutionnaires, ils étaient dévoués à leurs peuples et croyaient en leurs capacités à sortir de la misère par eux-mêmes. Ils se sont d’ailleurs donnés jusqu’au sacrifice suprême. Ils étaient également d’une grande exigence avec leurs collaborateurs auxquels ils imposaient des rythmes de travail très durs, des délais de rigueur car pour eux, il était urgent de soulager le peuple. Ils sont tous les deux adulés par la jeunesse qui a fait d’eux des modèles de vie, des légendes. Les tee-shirts, autocollants, posters et tout autre objet à leurs effigies se vendent bien. Autre fait marquant, ils sont tous morts assassinés en Octobre : Che Guevara le 8 octobre 1967 et Thomas Sankara le 15 octobre 1987.

Faridah DICKO

 
 
28 Nov
10:20
Discours du président Macron à l’université Joseph Ki ZERBO : Des heurts ont éclaté entre manifestants anti impérialistes et les forces de l’ordre qui ont fait usage du gaz lacrymogène pour les disperser.

Emmanuel Macron à l’université de Ouaga : Même pas peur des étudiants !

Macron à l’université de Ouaga : Grand oral réussi pour Jupiter

Dernier de webmaster

Réactions


Mamandou Mandé, étudiant en géologie à l’université Ouaga I Pr Joseph-Ki-Zerbo: « Ce n’est pas la France qui viendra construire l’Afrique ». « Je pense que le président français a fait un discours de l’heure. Et c’est ce que toute la jeunesse africaine attend aujourd’hui : la rupture du cordon entre la France et l’Afrique. Nous pensons que ce discours vient à point nommé. Il appartient à la jeunesse africaine de s’en saisir. C’est un discours clair. Ce n’est pas la France qui viendra construire l’Afrique. Il a dit qu’en tant que jeune, il considère que la question de la France-Afrique relève de l’histoire. Pour lui, les Africains doivent pouvoir se débrouiller. J’ai aussi retenu le passage relatif à l’éducation des filles et à l’envoi, chaque année, d’une centaine d’étudiants pour des formations en France. Je pense qu’il y a des questions qu’en tant qu’étudiants on devrait poser. Les gens se sont attardés sur des questions inter-nation. Mais j’ai quand même relevé la demande de levée du secret-défense dans le dossier Thomas Sankara que nous n’avons pas connu et dont nous voulons savoir davantage sur sa mort. J’aurai aimé entendre des questions relatives à l’éducation, surtout le système LMD qui est une pure invention de la France et qui fait aujourd’hui des victimes dans les universités publiques du Burkina».

Price Marie Somé, étudiante en statistiques sociales à l’université Ouaga I Pr Joseph-Ki-Zerbo: « J’attends des actes concrets ». « C’est un bon discours mais, je souhaite qu’il soit suivi d’actes concrets. Les bourses d’études pour les filles ont beaucoup retenu mon attention. La réaction des étudiants n’était pas bien. J’étais assise à côté de camarades qui ne faisaient que du vacarme. Vu la personnalité du président français, nous devrions lui réserver respect et honneur. Plutôt que de nous exprimer comme si on était dans la jungle. J’appelle les étudiants à une maîtrise d’eux-mêmes ».

Boubacar Ouédraogo, étudiant en 7e année de médecine à l’université de Ouahigouya : «Une mauvaise image de l’étudiant burkinabè». « Je pense que c’est un discours franc, de vérité, un discours qui aborde les problèmes actuels de notre génération. Il s’agit d’un discours qui donne espoir au regard des sujets abordés : justice, enseignement supérieur et formation professionnelle, crise migratoire. Je suis satisfait. Par rapport aux réactions des étudiants, c’est la tache noire de la rencontre avec le président français. Il s’agit d’une réaction inappropriée. Il y a eu des questions qui n’avaient pas du tout leur place. Cela a un peu terni l’image de l’étudiant burkinabè. Je suis totalement déçu. Cela me fend le cœur, car en venant ici je ne m’attendais pas à une réaction du genre ».
 
Justin Woro, enseignant à l’Université Ouaga I Pr Joseph-Ki-Zerbo : « A chacun d’assumer sa part de responsabilité ». « Je trouve que c’est un discours de vérité, qui signale avec force, et l’expression est revenue à plusieurs reprises, la responsabilité partagée entre la France et le Burkina. Ce qu’on ne doit pas oublier dans notre histoire commune et notre présent commun. A chacun d’assumer sa part de responsabilité. Il nous appartient de prendre conscience de notre responsabilité et de l’assumer intégralement. C’est normal qu’il défende sa langue. Mais j’ai apprécié le fait qu’il a dit que prochainement la maîtrise d’une langue africaine sera désormais un critère de sélection des volontaires français qui viennent en Afrique. Cela est important pour la valorisation de nos langues. C’est à nous de mettre en place un dispositif qui nous permettrait de tirer de plus grands profits de ce partenariat et de cette ère nouvelle qui s’ouvre et à réfléchir à des propositions que nous pouvons faire dans notre intérêt. Je n’oublie pas le fait que nous devons prendre notre responsabilité, car nous avons beaucoup à apporter à cette coopération, mais aussi aux générations futures. L’accueil a été sympa. Les étudiants sont sortis nombreux et ils ont suivi le discours, si je me fie aux ovations qu’ils ont produites dans la salle. Je pense qu’il a été bien accueilli, même si on peut déplorer l’imprécision dans la formulation des questions posées par les étudiants mais cela révèle, à chacun d’entre nous, sa part de responsabilité ».  

Lassané Yaméogo, directeur des affaires sociales et du patrimoine de l’université Ouaga I Pr Joseph-Ki-Zerbo: « C’est une nouvelle ère qui s’ouvre dans les relations entre la France et les pays africains ». « Nous avons été la cheville ouvrière de l’organisation de la visite ici. Au final, je pense que ça a été une réussite totale vu la prestation de M. Macron et la réaction de nos étudiants. J’ai apprécié, notamment l’hymne national qu’ils ont exécuté à la fin du discours de M. Macron. Cela montre que c’est une jeunesse qui est vraiment dynamique, que l’insurrection populaire d’octobre 2014 n’est pas un fait du hasard. C’est un discours qui tranche avec ce qu’on a toujours connu. C’est un discours qui nous invite à l’action, à ne pas toujours accuser la colonisation, mais à agir pour changer notre destin, oser le changement comme l’a dit Thomas Sankara. A travers ce discours, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre dans les relations entre la France et les pays africains, espérons-le vraiment ».

Mahamady Bancé, étudiant en 2e année d’études  germaniques à l’université Ouaga I Pr Joseph-Ki-Zerbo : « Je comprends que certains problèmes subsistent par manque de volonté des présidents africains »
 « Il nous a permis de voir ce dont les dirigeants africains sont capables et ce qu’ils ne peuvent pas faire. Il a dit que si nos dirigeants décident d’abandonner le franc CFA, eux Français sont partants. Sur la base de cela, on découvre que ce sont nos dirigeants qui nous font croire que ce sont les Français qui nous privent de notre liberté monétaire. Ce qui n’est pas le cas. Il est venu à l’université, mais je ne vois pas quelle solution, il propose pour l’avancement des intellectuels au Burkina Faso. Car toutes les décisions sont prises à son niveau et imposées à nous ici, par exemple le système LMD. Au sortir de la rencontre avec Macron, je comprends que certains problèmes subsistent par manque de volonté des présidents africains ».

Propos recueillis
par Karim BADOLO

Bookmarks

Visite du président au français Burkina Visite du président au français Burkina : Macron…En marche à Ouaga Emmanuel Macron à l’université de Ouaga : Même pas peur des étudiants ! eCitoyen>Poissy,numérique de lumières>VilleConnectée>Vision 2021>InternetCitoyen> Vous, Votre Ville, Votre Région, Votre Pays, FranceWebAsso vous accompagne >Evénement - Edition - Médias - MyWeb -> c'est Moi, c'est Vous, c'est Nous >Humain, très humain FranceWebAsso > Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing> C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> connectons-nous ! SOMMET UA-UE D’ABIDJAN : Les rencontres se suivent et se ressemblent - Editions Le Pays VISITE DE MACRON AU BURKINA : Les grandes lignes du Discours de Ouagadougou - Editions Le Pays VISITE DU PRESIDENT FRANCAIS AU BURKINA : « On doit se mobiliser pour l’accueillir», selon Alpha Barry - Editions Le Pays DISCOURS DE MACRON A OUAGA : Il est venu, il a parlé, et après ? - Editions Le Pays VISITE DE MACRON AU BURKINA : On n’aime pas l’impérialisme, mais on aime l’argent des impérialistes - Editions Le Pays Accueil - Editions Le Pays Bienvenue sur le site internet de ZEDCOM ! MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprise »Ing.StefanV.Raducanu »Mon domaine se porte aussi loin que mon regard !Un savoir faire intégré dans une réflexion globale Le numérique des lumières se construit aujourd’hui,Encourager le partage de savoirs, d'être au monde et de le voir. : MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprise »Ing.StefanV.Raducanu »Mon domaine se porte aussi loin que mon regard !Un savoir faire intégré dans une réflexion globale Accueil : MyNewsCenterNavigator»"Information,Veille et Connaissance" »Une vague éphémère sur l'océan du temps»Réseaux»Des Hommes,Des Entreprise »Ing.StefanV.Raducanu »Mon domaine se porte aussi loin que mon regard !Un savoir faire intégré dans une réflexion globale Centre National de Presse Norbert Zongo Assassinat de Thomas Sankara : 30 ans après, ce que disent des archives françaises - Evénement - BF Africa : FranceWebAsso > Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing> C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> connectons-nous ! Accueil - site du changement Accueil - Burkina NTIC Droit Libre TV Association Semfilms - Burkina Faso Médias Burkina Faso jeunes ouaga.jpg Macron à l’université de Ouaga : Grand oral réussi pour Jupiter ::L'Observateur Paalga | Quotidien d'information du Burkina Faso A Emmanuel Macron : « Les relations France-Burkina restent marquées par la (...) - leFaso.net, l'actualité au Burkina Faso Ouagadougou : Emmanuel Macron a parlé, des « anti-impérialistes » (...) - leFaso.net, l'actualité au Burkina Faso leFaso.net, l'actualité au Burkina Faso - L'information en temps réel du Burkina, Médias, journaux, infos, direct, les dernières nouvelles, politiques. Fasopresse: L'actualité du Burkina Faso Construire un numérique des lumières.Humain, très humain : le management d’un Système d’Information, Le numérique des lumières se construit aujourd’hui,Encourager le partage de savoirs, d'être au monde et de le voir.Créer un monde pensé pour les hommes .. : eCitoyen>Poissy,numérique de lumières>VilleConnectée>Vision 2021>InternetCitoyen> Vous, Votre Ville, Votre Région, Votre Pays, FranceWebAsso vous accompagne >Evénement - Edition - Médias - MyWeb -> c'est Moi, c'est Vous, c'est Nous >Humain, très humain [20minutes-blogs.fr] Newsletter du blog eCitoyenSmartCityHumaine>MyPoissy>VilleConnectée>Vision 2021>InternetCitoyen> Vous, Votre Ville, Votre Région, Votre Pays, FranceWebAsso vous accompagne >Evénement - Edition - Médias - MyWeb -> c'est Moi, c'est Vous, c'est Nous >Human inside>WeAreFWebAsso - franceweb@gmail.com - Gmail Résultats de recherche - franceweb@gmail.com - Gmail Boîte de réception (65 682) - franceweb@gmail.com - Gmail Résultats de recherche - franceweb@gmail.com - Gmail Résultats de recherche - franceweb@gmail.com - Gmail Accueil : FranceWebAsso > Société du Savoir> Choisissez l'Excellence>Social Media Intelligence >Oeuvre de collaboration collective>le n°1 de la collaboration en ligne >Humanité(s) Digitale(s) >FranceWebSharing> C'est Moi> C'est Vous> C'est Nous> connectons-nous ! 3329391678.jpg (Image JPEG, 1024 × 768 pixels) - Redimensionnée (91%) 611475031.jpg (Image JPEG, 592 × 1024 pixels) - Redimensionnée (68%) FRANCE WEB, collaboration en ligne - 1140316339.pdf FranceWebAsso, numérique des lumières, UN MONDE MINIATURE pour vivre comme les grands, Société du Savoir, Un univers de possibilités, Encourager le partage de savoirs, d'être au monde et de le voir. : eCitoyen>Poissy,numérique de lumières>VilleConnectée>Vision 2021>InternetCitoyen> Vous, Votre Ville, Votre Région, Votre Pays, FranceWebAsso vous accompagne >Evénement - Edition - Médias - MyWeb -> c'est Moi, c'est Vous, c'est Nous >Humain, très humain Accueil : eCitoyen>Poissy,numérique de lumières>VilleConnectée>Vision 2021>InternetCitoyen> Vous, Votre Ville, Votre Région, Votre Pays, FranceWebAsso vous accompagne >Evénement - Edition - Médias - MyWeb -> c'est Moi, c'est Vous, c'est Nous >Humain, très humain

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu