Avertir le modérateur

25/06/2017

Les 5 conférences TED qui m’ont le plus inspiré...Alors j'ai fait quelque chose d'autre. nous allons connecter une idée d'une page à une autre idée, au lieu d'une autre page dans cette nouvelle machine,cloudbook

Les 5 conférences TED qui m’ont le plus inspiré

Jim Yong Kim's picture
 Cette page en : Español | 中文
Jim Yong Kim, presidente del Grupo Banco Mundial en la conferencia TED Talk
Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale à la conférence TED à Vancouver.

J’ai eu l’honneur au mois d’avril de donner une conférence TED à Vancouver, au Canada. Ces exposés ont pour objectif de susciter et diffuser des idées, et le thème de cette année, « The Future Us », invitait à nous interroger sur ce que nous réserve l’avenir.  

L’intelligence artificielle, la robotique et tant d’autres avancées technologiques recèlent de grandes promesses, mais ces mutations arrivent si vite qu’elles risquent de laisser beaucoup d’entre nous au bord du chemin. Il y a encore beaucoup trop de pauvreté et d’inégalités dans le monde, et encore beaucoup à faire pour que chacun ait des perspectives d’avenir.  

À l’aube d’une nouvelle ère industrielle, plane une menace préoccupante : celle de voir des millions, voire des milliards de pauvres laissés pour compte. Dans les pays en développement, ceux qui sont privés d’une éducation, d’une alimentation et de soins de qualité sont encore bien trop nombreux. Sans la chance de réaliser pleinement leur potentiel, ils aspirent pourtant de plus en plus à une vie meilleure. Nous devons nous efforcer d’aider nos clients à satisfaire ces aspirations si nous ne voulons pas alimenter encore davantage les frustrations, les migrations et les conflits. 

Voilà, en quelques mots, quel a été le sujet de ma conférence. Pour la préparer, j’ai visionné d’autres conférences TED données par des collègues ou des anciens du Groupe de la Banque mondiale, des scientifiques, des écrivains, des économistes, des spécialistes des nouvelles technologies… Si j’ai trouvé, chez chacun d’entre eux, un éclairage précieux, il y en a cinq qui m’ont particulièrement marqué :

1)    Dilip Ratha : Les forces cachées de l’économie mondiale : les envois d’argent des migrants​ 

Dilip Ratha est un économiste de la Banque mondiale qui a traversé deux océans avec seulement 20 dollars en poche pour réaliser son rêve : étudier aux États-Unis. Dans sa conférence, il rappelle que la totalité des envois de fonds des travailleurs émigrés est trois fois supérieure au montant de l’aide publique au développement. Ces « dollars emballés avec soin » ont une fonction vitale pour de nombreuses familles démunies et pourraient être mieux exploités pour lutter contre la pauvreté.​



2)    Chrystia Freeland : L’essor des nouveaux super-riches planétaires 


La ministre canadienne des Affaires étrangères livre un exposé passionnant sur le danger de la montée des inégalités dans le monde et sur l’essor d’une nouvelle classe de ploutocrates qui tirent leur puissance de la révolution technologique et de la mondialisation.
 



3)    Bono : De bonnes nouvelles sur le front de la pauvreté (eh oui, il y en a !) 

Bono est une star du rock mais aussi une star de l’humanitaire puisqu’il est le fondateur de l’ONG ONE. Parfaitement à l’aise face à un public, il explique avec humour et style que « le long voyage de l'égalité est en réalité en train de s’accélérer ».
 



4)    Michael Porter : Et si l’entreprise était la solution aux problèmes sociaux ?

Michael Porter ne manque pas d’arguments convaincants pour montrer que les entreprises sont les mieux placées pour apporter des solutions d’envergure aux grands défis du monde. Je partage sa vision : pour parvenir à mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée dans les pays en développement, la contribution du secteur privé sera capitale.
 


5)    Josette Sheeran : En finir avec la faim maintenant

Ancienne directrice générale du Programme alimentaire mondial des Nations unies, Josette Sheeran a été en première ligne dans la lutte contre la faim (elle dirige aujourd’hui l’Asia Society). Les conséquences de la malnutrition sont tragiques, en particulier chez le jeune enfant. En écoutant cet exposé vibrant d’émotion, vous vous demanderez pourquoi la faim reste un fléau alors que l’on aurait pu y mettre fin depuis longtemps.
 

 
Et vous, quels sont les TED Talks qui vous ont le plus marqué ?

The next 5,000 days of the web

Alors j'ai fait quelque chose d'autre. J'ai remarqué que 100 milliards de clics par jour, 55 mille milliards de liens, c'est presque la même chose que le nombre de synapses dans votre cerveau. Un million de milliards d'émetteurs c'est presque la même chose que le nombre de neurones dans votre cerveau. Alors, en une première approximation, nous avons cela -- vingt petahetz de connections. Evidemment la mémoire est vraiment énorme. Mais en une première approximation, la taille de cette machine est la taille -- et ses complexités, en quelque sorte -- de votre cerveau. Parce qu'en fait, c'est comme ça que votre cerveau fonctionne -- à peu près de la même façon que la toile fonctionne. En revanche, votre cerveau ne double pas de taille tous les 2 ans. De fait, si nous disons qu'à ce jour cette machine que nous avons fabriquée vaut environ un CH, cerveau humain, si nous estimons la vitesse à laquelle elle grandit, dans trente ans, elle sera équivalente à six milliards de CHs. Donc d'ici 2040, la capacité totale de traitement de cette machine excédera la capacité totale d'analyse de l'humanité,sur les informations brutes. Et c'est où, je crois, que Ray Kurzweil et d'autres ont obtenu ce petit graphique disant ce que nous allons traverser. Quoi dire de cela ? Bien, voici quelques points. J'ai trois idées générales Je préférerais dire; trois conséquences de cela. Premièrement, que basiquement ce que cette machine est en train de faire est de prendre forme -- nous lui donnons un corps. Et c'est ce que nous allons faire dans les 5.000 prochains jours -- nous allons donner un corps à cette machine. Et la deuxième chose est que nous allons restructurer son architecture. Et troisièmement, nous allons devenir complètement co-dépendants d'elle.

Nous entrons maintenant dans la troisième étape, qui est ce dont je parle, et c'est là où nous connectons les données. Alors, je ne sais pas comment s'appelle cela. Je l'appellerai "La Machine". Mais nous connectons des données. Nous allons donc depuis le "machine à machine", vers le "page à page" , et maintenant le "donnée à donnée". Alors la différence est, qu'au lieu de connecter une page à une autre page, nous allons connecter une idée d'une page à une autre idée, au lieu d'une autre page. Alors toute idée est fondamentalement soutenue -- ou chaque élément, ou chaque nom -- est soutenu par l'ensemble de la toile. Cela se passe au niveau des éléments ou des idées ou des mots, si vous voulez. A coté de cela on rencontre encore le physique dans cette idée ce n'est pas seulement virtuel, cela sort réellement des choses matérielles. Donc quelque chose résoudra les liens jusqu'à l'information sur le sujet d'une personne en particulier, donc nous aurons tous une identification unique. Chaque personne, chaque élément, aura quelque chose qui sera très spécifique, et renverra à une représentation spécifique de cette idée ou élément. Alors maintenant dans cette nouvelle machine, quand je m'y connecte, je me connecte à mon vol en particulier, à mon siège en particulier. Alors -- donnant un exemple -- je vis à Pacifica, plutôt que -- à l'instant, Pacifica est seulement un nom quelque part sur la toile. La toile ne sait pas que c'est en fait une ville, et que c'est spécifiquement la ville où je vis, mais c'est de cela dont nous allons parler. Cela sera connecté directement à -- la toile pourra lire par elle-même et savoir que ceci est réellement un lieu, et que quand il voit le mot, "Pacifica", il sait que c'est réellement un lieu, latitude, longitude, une certaine population.

Ici sont quelques-uns des termes techniques, toutes de trois lettres, que vous verrez de plus en plus. Toutes ces choses s'apprettent à permettre l'idée de relier les données. Je vous donnerai un exemple. Il y a quelque chose comme un milliard de sites sociaux sur la toile. Chaque fois que vous y entrez, vous devez préciser qui vous êtes, et qui sont vos amis. Pourquoi devriez-vous faire cela ? Vous devriez faire cela une seule fois, et il devrait savoir qui sont vos amis. Alors c'est ce que vous voulez, tous les amis identifiés, et vous devriez seulement vous occuper de ces relations autour de vous. Toutes ces données devraient juste être transmises, et cela devrait se faire seulement une seule fois, et c'est tout ce qui devrait passer. Et vous devriez avoir tous les réseaux de toutes les relations entre ces parties d'informations. C'est ce vers quoi nous allons -- où il sait en quelque sorte les choses jusqu'à ce niveau de détail. Une toile sémantique, Web 3.0, graphique géant global -- nous testons en quelque sorte le nom que nous voudrions donner à cette chose. Mais ce que cela fait c'est de partager des données. Alors vous devez être ouverts à l'idée de partager vos informations, ce qui est un pas beaucoup plus grand que partager votre page web, ou votre ordinateur. Et tous ces éléments qui seront sur cela ne sont pas seulement des pages, ce sont des choses. Tout ce que nous décrivons, chaque artefact ou endroit, sera une représentation spécifique, aura un personnage spécifique sur lequel on pourra se connecter directement. Donc nous avons cette base de données de choses. Finalement il y a une quatrième chose dont nous n'avons pas encore parlé, que nous ne verrons pas dans les 10 prochaines années ou 5.000 jours, mais je pense que c'est à cela où nous allons arriver. Et en tant qu'Internet de choses -- où je me connecte directement à la chose représentant en particulier mon siège d'avion -- que cette chose physique fera partie du web. Et alors nous sommes au milieu de cette chose qui est complètement liée, jusque chaque objet par la petite mèche de connection qu'il a.

La dernière chose dont je voudrais parler est l'idée que nous allons devenir co-dépendant. Il sera toujours là, et le plus proche il sera, le mieux cela sera. Si vous le permettez à Google, il vous dira l'historique de vos recherches. Et j'ai remarqué en le regardant que je fais la plupart de mes recherches à 11h du matin. Je suis ouvert et suis transparent à ça. Et je pense que la personnalisation totale dans ce nouveau monde nécessitera une transparence totale. Cela sera le prix à payer. Si vous voulez une personnalisation totale, vous devez être totalement transparents. Google. Je ne me rappelle plus de mon numéro de téléphone, je demanderai à Google. Nous sommes tellement dépendants à cela que je suis arrivé au point où je n'essaye même plus de me rappeler des choses -- Je vais juste le googler. C'est plus facile de faire ça. Et nous pouvons au départ rejeter cela et dire, "oh, c'est horrible." Mais si nous pensons à cette dépendance que nous avons à cette autre technologie, appelée alphabet, et écriture -- nous sommes totalement dépendants d'elle, et elle a transformé notre culture. Nous ne pouvons pas nous imaginer sans alphabet et sans écriture. Et dans la même voie, nous n'allons pas nous imaginer sans cette autre machine qui arrive. Et ce qui arrive avec cela est une sorte d'intelligence artificielle IA, mais ce n'est pas une IA consciente, -- étant un expert, Larry Page m'a dit que c'est ce qu'ils essayent de faire, et c'est ce qu'ils essayent de faire. Mais quand 6 milliards d'humains googlisent, qui cherche qui ? Cela va dans les deux sens. Nous sommes le web, c'est ce que cette chose est. Nous allons être la machine. Alors les 5.000 prochains jours -- ce ne sera pas le web, et seulement en mieux. Comme ce n'était pas la télé, et seulement en mieux. Les 5.000 prochains jours -- ce ne sera pas juste le web, mais seulement en mieux; cela sera quelque chose de différent. Et je pense que cela sera plus intelligent. Il aura une intelligence, qui n'est pas, encore, consciente. Mais il va anticiper ce que nous ferons, dans le bon sens. Deuxièmement, il devient beaucoup plus personnalisé. Il nous connaitra, et c'est bon. Encore un fois, le prix de cela sera la transparence. Et troisièmement, il va devenir plus omniprésent dans le sens où il sera partout dans votre environnement, et nous serons au milieu de cela. Tous les dispositifs seront des portails ouvrant dessus.

Alors, à faire, action, à emporter. Alors c'est ce que je dirais : il y a seulement une machine, et le web est son système d'exploitation. Tous les écrans regardent dans l' "Unique". Aucun octet ne vit en dehors du web. Partager est gagner. Laissez l' "Unique" le lire. Cela sera lisible par la machine; vous voulez faire quelque chose que la machine peut lire. Et l' "Unique" c'est nous - nous sommes dans l' "Unique". Je vous remercie de votre temps (applaudissements)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu