Avertir le modérateur

14/10/2015

Stefan de France, Animateur éditorial de FranceWebAsso, Pour Vous et avec Vous !«Beaucoup ont peur de l’idée de la transmission, de ne pas être à la hauteur»,

Au service des citoyens, Au service des professionnels, Stefan de France, Animateur éditorial de FranceWebAsso, Connaitre, partager, construire la citoyennete , Pour Vous et avec Vous ! Des clés pour stimuler l'engagement bénévole.

20150119_111932.jpgBonjour, si vous visitez notre site pour la première fois,inscrivez-vous gratuitement à la newsletter mensuelle pour recevoir conseils et bonnes nouvelles...

@MonBonheurr est le blogue de Stefan Raducanu, ingénieur spécialisé en technologies et en business intelligence. Sa mission : présenter les News d'ici et d'ailleurs qui sont en train de transformer le monde et traiter des dernières innovations technologiques dans tous les domaines.

1agld1r.gifEntraide L’Association SPES-Lavaux veut faire profiter la population locale de l’expérience des seniors de la région.

Mara, Denise, Charles, Sylvie, Christine et Sandra (de g. à dr.) retrouvent leur «professeur» Simone tous les mardis.

Mara, Denise, Charles, Sylvie, Christine et Sandra (de g. à dr.) retrouvent leur «professeur» Simone tous les mardis. Image: PATRICK MARTIN

Simone Cuénoud a des semaines bien remplies. L’habitante de Chenaux (Bourg-en-Lavaux), «retraitée depuis longtemps», est bénévole à l’Hôpital de Lavaux, a une après-midi scrabble inscrite à son agenda et anime, depuis la rentrée, deux heures de conversation anglaise tous les mardis dans le cadre de SPES-Lavaux.

L’acronyme dit clairement de quoi il s’agit: les Seniors Partagent leur Expérience et leur Savoir. «C’est une plate-forme permettant aux seniors qui en auraient envie de continuer à valoriser les compétences acquises au cours de leur vie en les transmettant à celles et ceux à qui elles pourraient être utiles», explique Denise Delay, initiatrice et présidente de SPES-Lavaux.

Pour la jeune retraitée, c’est aussi une manière constructive de répondre au discours accusant les seniors d’être un poids et une charge financière pour la jeune génération. «Il faut casser le cliché de ceux qui ont profité d’une période professionnelle facile et passent maintenant leur temps à faire des croisières.»

Un climat de confiance

Dans le petit local du Collège des Ruvines, à Cully, mis à disposition par la Commune de Bourg-en-Lavaux, les deux heures de conversation anglaise ne sont en effet pas un long fleuve tranquille pour Simone Cuénoud. Les niveaux de connaissances sont variés, les motivations aussi. Classeur à la main, la droguiste à la retraite propose des sujets, modère la discussion, la relance si elle se tarit, reprend ceux qui sont tentés de se rabattre sur le français. En face, ses cinq élèves, domiciliés entre Rivaz et Paudex, jouent le jeu. «C’est un contexte où l’on est à l’aise, on ose faire des fautes», témoigne Christine Hug. La vigneronne de Grandvaux voit de plus en plus de touristes anglophones défiler dans sa cave et son niveau scolaire d’anglais ne lui permet pas de les recevoir dignement.

Parmi les autres participants, certains veulent rafraîchir leurs connaissances dans l’optique d’un nouveau job, d’autres se préparent à un voyage. Charles Jenzer, seul retraité de la classe, vient depuis Paudex pour se remettre à niveau: «Ma petite-fille vit à Hanoi et elle parle mieux anglais que moi!» Tous apprécient deux éléments: la proximité des lieux et la dimension humaine de ces rendez-vous intergénérationnels.

Un rôle social

Ce rôle social, inscrit dans les statuts de SPES-Lavaux et dans ses tarifs minimes, se retrouve aussi dans les ateliers de préparation à la naturalisation, dans ceux de français intensif dédiés à la population étrangère de la région, dans un but d’intégration et de lien interculturel, et dans les soupers canadiens ouverts à tous un jeudi par mois.

Si les retours des participants sont très positifs, la tâche de Denise Delay n’en demeure pas moins difficile. Le recrutement des «animateurs», par exemple, se heurte à la timidité des seniors. «Beaucoup ont peur de l’idée de la transmission, de ne pas être à la hauteur», témoigne-t-elle. C’était le cas de Simone Cuénoud. Pour rassurer les candidats, la présidente, enseignante de formation, leur donne quelques outils. «Et une fois le pas franchi, après quelques cours, le plaisir l’emporte.»

Autre écueil rencontré, les problèmes de santé liés à l’âge des animateurs, signant parfois l’interruption d’un atelier. «Il est plus difficile à un certain âge de faire des prévisions à long ter­me», indique Simone Cuénoud, qui a signé pour une série de douze leçons, qui devrait s’arrêter à Noël. Il n’est pas certain toutefois qu’elle remise son classeur. «Les ancêtres comme nous, quand des jeunes nous parlent, c’est sensationnel!» conclut-elle. (24 heures)

(Créé: 13.10.2015, 16h56)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu