Avertir le modérateur

17/05/2013

Ing.Stefan Raducanu et son temps -> " Connecter, Trouver, Lire " ->A cent ans, le Plaza Athénée veut se réinventer, Surprendre les clients

Stefan Raducanu et son temps -> " Libération " est peut-être le mot-clé de cette journée

son nouveau monde du travail consiste à digérer une information devenue nourriture émotionnelle et cognitive, à traiter en permanence une somme de données toujours plus pléthorique, à gérer le simultanéité et tisser des liens en permanence, à mobiliser dans le cadre de son travail ses amis et les amis de ses amis... Bref, un nouvel état des lieux où l’environnement physique, social et juridique du travail est totalement transmuté sous l’effet des nouvelles technologies.


Il développe aussi de nouvelles compétences comme si les nouvelles fonctions numériques créaient de nouveaux organes : le sensemaking ou la capacité à exprimer profondément le sens et la sensation de ce que l’on vit ; l’intelligence sociale et relationnelle ; l’adaptative thinking ou la capacité à répondre de façon innovante aux situations inattendues ; la compétence « cross-cultural » ; le computationnal thinking ou la capacité à traduire d’énormes masses de données en concepts ; la new media literacy ou la capacité à communiquer à travers les nouveaux médias ; la transdisciplinarité…

Autant d’atouts qui seront indispensables à l’orée des années 2020 et qui posent une question de poids : faut-il encore apprendre dans un monde où tous les savoirs sont accessibles et où la fluidité et le changement sont les seuls éléments permanents ? Peut-être pas, mais réapprendre régulièrement à penser en appuyant sur la touche « reset », oui.

Et c’est justement à cette réinitialisation salutaire à laquelle nous invite Stefan en ré-interrogeant notre conception du travail. Un outil indispensable à mettre entre toutes les mains des collaborateurs et des managers de demain. Mais aussi d’aujourd’hui, car en nous dévoilant le futur, Stefan nous offre un monitoring précieux pour mieux repenser notre façon de travailler. Ici et maintenant.


C'est grâce à vos abonnements que vous construirez votre fil d'actualité. Construire un bon fil est au cœur du fonctionnement de FranceWeb. En construisant un fil qui vous reflète ainsi que vos intérêts, vous verrez avec quelle rapidité FranceWeb devient une partie inestimable de votre vie.


L’information et les données ne connaissent pas de barrage, les smartphones traversent les murs, et les réseaux infiltrent les organisations. La transparence  devient un dogme et une forme de maelström qui emporte tout sur son passage.

La planète est mon village !

En un sens, il est bon de cesser de se poser des questions, car il va bientôt être l'heure d'avancer..

“Des gens comme moi peuvent être utiles pour faire entendre autre chose
que de la propagande dans les médias.

 

Imaginez ce que nous pouvons faire ensemble.

 Plutôt que de s'offrir une rétrospective pour son dixième anniversaire, LinkedIn a demandé à certains de ses membres quelles étaient leurs aspirations pour le futur.

Leurs réponses est un rappel du pouvoir que détiennent 225 millions de personnes réunies pour changer le monde.

  Partagez ce qui vous inspire :

Connecter, Trouver, Lire..

    3ARWD1.GIFFranceWeb,e-GlobalNetWork®, & StefanV.Raducanu, sur Facebook
 contexte.jpg La marque  FranceWeb,e-GlobalNetWork® & StefanV.Raducanu  confirment leur position de leader de l'information généraliste.

 Un souvenir de ma vie

Bonheur de construire, Avec ce blog entre les mains, c'est déjà être serein!, Tout a sa beauté, mais pas tout le monde le voit

Profitez sans retenue des avantages de cet outil moderne qui vous donne accès aux bibliothèques du monde entier. Vous avez toutes les chances de trouver les réponses que vous cherchez !

 Copie de francewebeglobal-avec-vous3.gifLa nouvelle société du savoir !

projet architectural majeur du 21ème siècle

Groupe d'intérêts.jpg

Parce que vous êtes tous différents, avec des rêves différents, ce site se doit d'être différent.

3ARWD1.GIF« Ce qui constitue FRANCE WEB c’est d’avoir fait ensemble de grandes choses dans le passé et de vouloir en fairé dans l’avenir. »

Tablet News Center (34).JPG

Rien de grand ne se fait sans chimères.

ArrowDownRed.gifArrowDownRed.gifArrowDownRed.gifArrowDownRed.gifArrowDownRed.gif

L'Internet c'est Vous ! L’esprit Service !

Pour vous aider à réaliser vos projets et vos ambitions, nous mettons FRANCE WEB , à votre service

Produire de l’intelligence collective au bénéfice de l’économie sociale et de la vie associative et impulser les changement nécessaires par l’évolution de notre société.


« L'immortalité c'est de travailler à une oeuvre éternelle.  »

« Ce qui constitue FRANCE WEB, ce n’est pas de parler la même langue, ou d’appartenir à un groupe ethnographique commun, c’est d’avoir fait ensemble de grandes choses dans le passé et de vouloir en faire encore dans lavenir.  »

« Le besoin de croire à quelque chose d'extraordinaire est inné dans l'homme.  »

« Le temps et la tendance au progrès, expliquent l'univers.  »

 “Des gens comme moi peuvent être utiles pour faire entendre autre chose que de la propagande dans les médias.”

Stefan Raducanu, Président FRANCE WEB

 

francewebeglobal-avec-vous2.gif

FranceWeb,e-GlobalNetWork®

 met à votre disposition ses  plates-formes


Les 10 Sites FranceWeb, Portails et outils de collaboration

       Plates-formes collaboratives pour nourrir la connaissance, la productivité et l'innovation

 Faire parler de soi est vital pour une entreprise, une collectivité locale ou une association quelle que soit sa taille.

Poissy

Yvelines

Ile-de-France

France

Entreprises

Business

Bonheur

World

Web

Web Gallery

A cent ans, le Plaza Athénée veut se réinventer

Propriété du sultan de Brunei, le palace de l’avenue Montaigne va subir d’amples transformations à l’heure où de sérieux concurrents s’apprêtent à menacer sa suprématie parisienne: le Ritz tout neuf ouvrira ses portes fin 2014, suivi du Peninsula avenue Kléber et du Crillon fermé pour deux ans de travaux place de la Concorde.

Les cent ans du Plaza Athéée

- Les cent ans du Plaza Athéée -

Si on ne progresse pas, on recule, c’est ce qu’a dit le soir du centième anniversaire du Plaza Athénée François Delahaye, le directeur général du palace cher à Marlène Dietrich et à Hussein de Jordanie, à ses cadres et employés.

Il ne s’agit pas, pour ce quinqua distingué, l’âme du Plaza, l’homme de confiance du sultan, de se reposer sur ses lauriers: un siècle de glamour (250.000 roses par an) et des résultats exemplaires. On ne fait pas mieux à Paris.

Le Plaza emploie 570 personnes pour 148 chambres et 46 suites dont la plus chère, dite «royale», est facturée 26.000 euros. Le «food and wine» rapporte 23 millions d’euros pour le room service, le bar 20.000 euros par jour et les deux tables chics et chères, le Relais Plaza de style Art Déco, fondé en 1936, et le restaurant trois étoiles d’Alain Ducasse, ouvert pour sept services par semaine. Qui relève ce défi à Paris? Le Four Seasons George V, le rival si proche, ou le Meurice, également propriété du sultan, dirigé par Francka Holtmann, venue du Ritz?

Tout va bien au Plaza centenaire, le prix moyen d’une chambre s’élève à 980 euros, et l’intéressement offert aux personnels a représenté 3.500 euros par tête en 2012. Dans les années 1970, ce fut la grande avancée sociale soutenue par Charles de Gaulle, obtenue pour Paul Bougenaux, le chef concierge, promu directeur général par l’ancien propriétaire. Il n’y a pas que les clients qui sont heureux au Plaza –c’est un petit paradis dit M. Bessières, ex-directeur adjoint.

L’un des atouts majeurs du palace reste la qualité des personnels, le dévouement, le respect, les attentions, le sourire, le désir de réaliser l’impossible. Jean-Claude Elgaire, ex-chef concierge, 48 ans de maison, a dû, un beau matin, privatiser le Concorde pour un businessman américain... Du rêve réalisé.

Toujours un coup d'avance

Le Plaza s’appuie sur 3.000 fournisseurs et 84 corps de métier: il y a même un cireur de chaussures John Lobb, l’Hermès du soulier qui crème et lustre mocassins, bottines et Church’s (48 euros).

Le palace, tout au long du dernier demi-siècle, a toujours eu un coup d’avance, une invention notable: hier ce fut la climatisation, le standard téléphonique rapide comme l’éclair, le rouge code couleur de l’hôtel, les soirées à thèmes (le polo jadis), les dîners très courus au Relais où le directeur, Werner Küchler, chante au micro un soir par mois (120 mélodies à son répertoire). Ajoutons le décor et l’ameublement du trois étoiles (des fauteuils à 3.500 euros) en permanente évolution. Bref, comme le dit François Delahaye, «la créativité est dans l’ADN du Plaza et c’est l’avenir proche qui nous motive».

Rien de tout cela, ce fourmillement d’initiatives, de projets, de remises en question –la mini-terrasse sur le trottoir– n’aurait été justifié sans la localisation exceptionnelle sur l’avenue Montaigne, un emplacement unique à Paris depuis la création de deux théâtres limitrophes et de la boutique Dior en 1946. Christian Dior fut l’un des premiers grands clients du Plaza, où il se faisait masser.

N’en doutons pas, c’est la mode en mutation, le new look de l’après-guerre, l’élégance des femmes entrée dans les mœurs, tout cela focalisé sur l’avenue légendaire a forgé le mythe du Plaza, le temple du chic parisien en devenir.

La belle clientèle étrangère, les vagues successives d’Iraniens, de Brésiliens, d’Américains, d’Italiens –et leurs femmes– ont plébiscité le confort de l’hôtel, sa galerie intérieure et le Régence, le restaurant aux tons pastel qui avait déjà deux étoiles en 1960, un record à Paris. L’Espadon du Ritz, place Vendôme, était alors engoncé dans une gentille médiocrité.

D’abord l’adresse magique. Souvenez-vous de la recommandation de Conrad Hilton, pape de l’hôtellerie contemporaine: «Location, location, location.» Dans l’hôtellerie moderne, rien n’est possible sans un très bon emplacement, c’est la condition sine qua non du succès planétaire. Notons que Rick Hilton et sa fille Paris, un brin fofolle, sont des fidèles du Plaza.

Surprendre les clients

«Il s’agit pour nous d’alimenter le site Montaigne, de faire exister l’hôtel en enrichissant les prestations, en inventant de nouvelles raisons d’y séjourner», ajoute François Delahaye, promu general manager du Dorchester Collection –une dizaine d’hôtels dans le monde.

«Il y a un véritable art de vivre au Plaza, constitué en permanence de surprises et d’étonnements.»

En 2008 fut inauguré le Dior Institut dédié aux soins et au bien-être.

Ainsi, l’hiver dernier, la cour-jardin au sol dallé a été transformée en patinoire pour les enfants et en salle de restaurant où l’on dînait de raclettes et vins chauds, les mangeurs emmitouflés dans des doudounes et bonnets de laine –ah ce singulier dépaysement au cœur de Paris.

Au bar ultra design, aménagé autour d’un comptoir façon iceberg, un DJ aux platines meuble l’espace sonore tandis que les habitués, pas seulement la jeunesse dorée, savourent une sucette vodka-pêche plantée dans de la glace –adieu le bloody mary et la daiquiri? Ah non.

Mais le coup de maître de François Delahaye reste l’engagement d’Alain Ducasse en 1999. Le quadra Landais, triple étoilé au Louis XV de l’Hôtel de Paris à Monaco, successeur de Joël Robuchon avenue Raymond-Poincaré à Paris (75016), trois étoiles aussi, acceptait de prendre en charge l’enseigne du Plaza rebaptisée «Le restaurant Alain Ducasse» où l’inévitable survenait en 2001: trois étoiles avenue Montaigne –ce fut le premier palace parisien à figurer dans le firmament du Michelin, un demi-siècle après la seconde étoile.

Depuis, l’effet Ducasse joue si bien que nombre de clients descendent au Plaza afin de goûter les spécialités saisonnières du chef Christophe Saintagne, membre de la dream team ducassienne: les langoustines rafraîchies au caviar, la poularde Albufera, les noix de Saint-Jacques aux truffes blanches ou noires, l’épaule d’agneau aux cèpes, le fameux baba au rhum.

Un vrai effet Ducasse

Et la cuisine du Relais, ce paquebot Art Déco, genre brasserie de luxe (risotto aux truffes, tartare de bœuf de 500 grammes, desserts aguichants du maître pâtissier Christophe Michalak) bénéficie aussi des recommandations et préparations signées Ducasse.

Oui, le Plaza a été grâce à ce chef providentiel, un Titan a écrit le New York Times, le premier hôtel de luxe de la capitale à rivaliser, côté bonne chère, avec le Véfour, Guy Savoy, Ledoyen, Lasserre, l’Ambroisie, Lucas Carton –un plus indéniable pour l’adresse hôtelière et une profitabilité hors normes à Paris.

Face à l’arrivée proche sur le marché parisien de palaces cinq étoiles dont le nouveau Ritz en 2014, un événement de dimension internationale, le Peninsula, une marque mondiale d’excellence, le Crillon entièrement refait (spa et piscine couverte), le Prince de Galles à peine réouvert (la gagnante de Top Chef 2011 en cuisine), François Delahaye fourbit ses armes: du sultan de Brunei, il a obtenu le déblocage de 85 millions d’euros pour le rachat des trois immeubles jouxtant le Plaza afin d’y construire une vingtaine de chambres ou suites et des salons de réception. C’est de la rentabilité financière issue d’investissements immobiliers, ce que le «brain trust» du sultan comprend fort bien, sans discussions ni controverses.

Paris demeure une capitale idéale pour faire fructifier les capitaux et les fabuleuses disponibilités du petit Etat de Brunei –pas de coups d’Etat ni de bouleversements politiques au pays de Descartes et de Montaigne. Jamais le si prudent sultan n’aurait envisagé un projet quelconque en Russie.

«Mon point de vue est qu’il faut se préparer à un choc frontal devant la concurrence de ces enseignes de haut luxe, ajoute François Delahaye. Notre clientèle internationale recherche la nouveauté, le clinquant, l’inattendu, la magie: un soir, des lionceaux sont introduits dans la suite d’un très excentrique résident pour une soirée sur le thème du roi de la jungle...»

Avec le temps et le boom exponentiel de la mode à Paris, toutes les grandes marques ont installé des boutiques sur l’avenue: Chanel, deux adresses dont la première dans une ancienne boucherie, Armani aussi, Valentino, Ungaro, Roger Vivier, Prada, un véritable générique de magazines féminins, en plus du siège de LVMH face au Plaza. Tout cela a renforcé, embelli l’image de l’hôtel dont les détails dans le confort des chambres et suites relèvent de l’obsession de la perfection, pas seulement le moelleux des lits king size, les salles de bains en marbre, mais aussi la vitesse à laquelle l’eau remplit les baignoires. Time is money.

Pour tous ces aménagements, à la limite de la sophistication, il faut se donner à fond à l’hôtel du sultan et à cette stratégie du «toujours mieux». Oui, si l’on veut travailler nuit et jour au Plaza (20 personnes s’occupent de la sécurité des clients), il faut aimer le palace et ce qu’il représente pour la France –«et aimer les clients», dit François Delahaye. «Servir les autres est un honneur

Nicolas de Rabaudy

Hôtel Plaza Athénée 25 avenue Montaigne 75008 Paris. Tél.: 01 53 67 66 64. Chambres à partir de 635 euros. Petit déjeuner à 75 euros. Au Relais, menu intéressant au déjeuner et au dîner à 48 euros. Carte de 80 euros à 120 euros. Au restaurant Alain Ducasse, carte de 150 euros à 230 euros. Pas de menu. Fermé lundi, mardi, mercredi midi, samedi et dimanche.

Hôtel Montaigne 6 avenue Montaigne 75008 Paris. Tél.: 01 80 97 40 00. En face du Théâtre des Champs-Élysées, le groupe Richard a restauré avec goût l’enseigne et l’ancien Bar des Théâtres fort décati. Grâce au talent de l’architecte décorateur Pierre-Yves Rochon, un maître des volumes et des tons, la demeure si bien située dégage un charme et un confort d’un cinq étoiles: une alternative heureuse au Plaza. Côté cuisine, une carte très mode inspirée de Thiou: king crab (31 euros), tigre qui pleure (bœuf en lamelles et riz) à 32 euros, tartare aller et retour à 23 euros, idéal avant ou après les spectacles d’en face. Jolis menus à 29 euros et 36 euros aux deux services. Petite terrasse. Chambres à partir de 540 euros.

08:14 Publié dans 21CenturyWebArchive, Dipl.Ing.Stefan V.Raducanu, Hotels | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu