Avertir le modérateur

24/08/2011

DSK, le vrai scandale, La fille a menti? La belle affaire! Lui aussi, dès le début. Elle a essayé de faire pression? Et que fait l’entourage de DSK depuis des années?

DSK, le vrai scandale, DSK, rappelons-le, est officiellement socialiste: égalité, fraternité et tout le tintouin.

L’affaire DSK ressemble de plus en plus à un concours de bêtise. Celle de l’ex-futur candidat à la présidence de la République d’abord. Quelques jours avant « l’affaire », il imagine à voix haute, devant des journalistes, le scénario d’une « femme violée dans un parking à qui on promettrait 500 000 ou 1 million d’euros pour inventer une telle histoire », selon Le Monde. Et vlan, juste après, il ne trouve rien de mieux que d’aller répandre sa semence impatiente sur l’habit d’une femme de chambre new yorkaise.

Celle de ladite femme de chambre, ensuite. Elle engage une procédure pour viol contre un personnage très en vue, donc puissant, en oubliant que les avocats de l’accusé vont évidemment fouiller dans son passé, ses motivations, le déroulement des faits pour remettre sa version en cause. L’argument selon lequel elle n’aurait pas su à qui elle s’attaquait vraiment ne tient pas la route. D’abord elle le dit au téléphone à son ami-détenu: « ne t’en fais pas, ce type a de l’argent, je sais ce que je fais » (tu parles!). Ensuite, le seul fait que DSK occupe une suite luxueuse la renseigne sur l’importance du client. S’y ajoutent les consignes internes chez Sofitel – un groupe comme Accor ne laisse pas ce genre de choses au hasard. Enfin, on parle forcément entre employés – et elle ne l’est pas depuis quelques mois seulement. Bref, elle sait qui est le monsieur.

S’y ajoute depuis ce week-end la bêtise de la journaliste française Tristane Banon, qui a mis huit ans avant de se dire que, tout réfléchi, c’est bien une tentative de viol dont elle a été victime quand DSK l’a serrée de trop près un certain soir de 2003 – rencontre qu’elle avait d’abord évoquée sur un ton badin à la TV.

Je ne donne pas cher de sa plainte, pas plus que du dossier américain entre les mains du procureur Cyrus Vance Jr. Selon le New York Post du jour (quotidien ras des pâquerettes dont il faut quand même se méfier), l’abandon complet de l’accusation est désormais « une certitude », et pourrait intervenir avant le 18 juillet. Notons que le quotidien cite des sources de la défense, intéressées au premier chef à propager cette nouvelle, vraie ou fausse. Dans cet article, le NYP revient sur le sexe tarifé auquel se serait livré la femme de chambre du Sofitel et, toujours selon les fuites de la défense, précise que celle-ci avait l’habitude de revenir dans la chambre de ses clients et d’y trouver un petit cadeau en espèces, que DSK ne lui aurait pas donné – d’où sa frustration et la dénonciation.

A supposer que cette version-là soit la bonne et qu’il n’y ait pas eu viol, mais divergence commerciale après un moment de sexe consentant, là est le vrai scandale! Que DSK ne résiste pas à ses pulsions et s’affiche volontiers en « hommes à femmes », c’est une chose. Mais que le patron bien payé du FMI, amoureux de belles bagnoles et de bonne chère, d’une manière générale de tout ce qui coûte assez cher, ne juge pas nécessaire de rémunérer au juste prix (voire pas du tout) une femme de chambre immigrée qu’il a aspergée de son auguste foutre, pour qui se prend-il? Imagine-t-il que la dame a succombé à son charme sexagénaire et légèrement bedonnant, ou à son sourire ravageur?

DSK, rappelons-le, est officiellement socialiste: égalité, fraternité et tout le tintouin. Mais dans la suite du Sofitel, avec ou sans viol, il s’est juste comporté comme un sagouin. La fille a menti? La belle affaire! Lui aussi, dès le début. Elle a essayé de faire pression? Et que fait l’entourage de DSK depuis des années? C’est le journaliste de Libération Jean Quatremer, si ma mémoire est bonne, qui fut un des premiers à parler du « problème femmes » de DSK et racontait il y a quelques temps sur son blog les téléphones sympathiquement menaçants de ses conseillers personnels, en particulier Ramzi Khiroun, leur tutoiement instantané, etc.

Et il se trouve encore des socialistes qui veulent voir cet homme à la tête de l’Etat? Même « l’enquête de personnalité » publiée par le Monde ce week-end reste assez gentillette. On y lit tout de même deux perles. La première est la phrase-fétiche de DSK: « On s’en sort toujours, avec de l’intelligence… » La seconde est le commentaire de Stéphane Boujnah, ancien conseiller personnel de DSK au Ministère des finances: « Ily a parfois chez DSK un manque de discernement sur son entourage ». Embêtant, pour quelqu’un qui se rêvait en président de la République.

P.S.: Pour Michael, mon lecteur le plus exigeant, les faits les plus récents: cet article du New York Times cite de larges extraits du rapport rédigé au St. Luke’s-Roosevelt Hospital Center par le conseiller qui a reçu la femme de chambre peu après les faits. Il suit pour l’essentiel la thèse de la tentative de viol. Cette dépêche de Reuters signale que la femme de chambre a porté plainte contre le New York Post et les journalistes qui l’ont qualifiée de prostituée. Encore une douzaine de plaintes, et on va commencer à y voir clair…

Photo du jour
(English) Starting from the top down... Gornergrat mountain station above Zermatt, Switzerland (10,000 ft+)... nearby snow covered peaks and a centuries old ice flow.

Destinations de vacances

Conditions actuelles
Athènes 30 °
Barcelone 27 °
Berlin 19 °
Bordeaux 17 °
Boston 18 °

10:53 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu